Sud-Ouest du 5 octobre 2018 

Finances publiques : bouffée d’oxygène pour la Sécu

bouffée sécu

Une des mesures proposées pour maîtriser les dépenses passe par la réduction des hospitalisations avec nuitée. ARCHIVES J.C. SOUNALET

La cour des comptes confirme la réduction du déficit. Mais les réformes de l’organisation des soins restent à mener. 

"La Sécurité sociale ne se porte pas comme un charme mais cette fois, c’est sûr, le malade offre des perspectives de rétablissement. D’ordinaire dubitative sur la trajectoire des dépenses, 462 milliards d’euros en 2017, la Cour des comptes valide dans son dernier rapport le retour vers l’équilibre annoncé par le gouvernement. Après un dernier déficit en 2018 – un petit milliard – le signe « + » devrait apparaître l’année prochaine au bas de l’arrêté des comptes. Du jamais vu depuis deux décennies. Cette bouffée d’oxygène va de pair avec le reflux de la dette sociale. Après avoir culminé à 260 milliards d’euros, elle est tombée à 120 milliards."...

..."La conjoncture beaucoup plus favorable n’a pas pour autant assaini durablement la situation. La Cour des comptes évalue à 3,5 milliards d’euros le « déficit structurel ». Il est imputable à la branche vieillesse du fait du poids croissant des retraites, mais surtout à l’assurance-maladie dont les différents postes de dépenses ne cessent de croître, qu’il s’agisse des transports sanitaires, des soins infirmiers et des prestations de certains spécialistes comme les masseurs-kinésithérapeutes."...

..."La France c’est une médecine de ville moins régulée, un hôpital moins restructuré (6 lits pour 100 000 habitants contre 2,6 en Suède), une utilisation de génériques plus limitée, une prescription électronique au stade expérimental. « La trajectoire suivie par la France apparaît donc difficilement soutenable », observe la juridiction financière."...

2018_10_05_SO_Finances_publiques_bouffée_d'oxygène_pour_la_Sécu