Sud-Ouest du 21 septembre 2018 

Lacanau : Gironde vigilante reste mobilisée

gironde vigilante reste mobilisée

Quid des pompiers professionnels à Carcans ? PHOTO ARCHIVES P. V. 

La salle des fêtes de Lacanau accueillait, vendredi dernier, l’assemblée générale de l’association Gironde vigilante. Une rencontre à laquelle assistaient Laurent Peyrondet, maire de la commune, plusieurs maires et élus médocains, des présidents de l’association de Défense des forêts contre les incendies (DFCI) et un public fort d’environ 80 personnes. 

Outre les traditionnels comptes rendus (moral et financier) présentés respectivement par le président Jean-Francis Seguy et la trésorière Georgette Lescoutra, l’ordre du jour était assez chargé. À commencer par la sécurité des biens et des personnes. 

Le Centre 15 

L’intervention était essentiellement liée au Centre 15, suite aux derniers événements qui ont défrayé la chronique nationale. Gironde Vigilante n’a pas manqué de rappeler la liste – non exhaustive – des cas relayés par les médias et qui, d’après le président Seguy « ont touché, plus particulièrement la France rurale, au motif que celle-ci ne bénéficie pas des mêmes secours que la France urbaine et doit se satisfaire de secours moins rapides ». 

Sujet épineux, qui n’a pas laissé les élus insensibles. Ces derniers ont en effet exprimé leur inquiétude et leur crainte vis-à-vis de cette organisation  qui, selon eux, « ne permet pas aux pompiers d’intervenir en premier lieu et laisse la responsabilité au Centre 15 de faire intervenir ses propres secours et de n’engager ceux du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) qu’en dernier recours, entraînant de ce fait des retards préjudiciables aux victimes ». 

Climat et champs captants 

Le deuxième sujet abordé, qui a fait débat, portait sur le réchauffement climatique, son impact sur la forêt, et les risques d’incendie qui en découlent. Autre dossier important : les champs captants. Même si aujourd’hui, explique le président Seguy, « son état d’avancement ne permet pas d’avoir des éléments tangibles », le sujet a tout de même été débattu ; en particulier, leur impact à long terme sur la forêt. 

Clinique de Lesparre 

Enfin, en ce qui concerne la polyclinique de Lesparre, la secrétaire Christiane Aucant a dressé un état des lieux. Son constat repose là aussi sur le Smur. Si l’on en croit la secrétaire, « celui-ci ne dispose que d’un véhicule pour une zone géographique » jugée à ses yeux, « trop étendue ». Et d’expliquer : « De plus, au mois d’avril, l’Agence régionale de santé (ARS) a informé la polyclinique qu’elle ne disposerait pas de cinq à six internes, comme les années précédentes, mais seulement deux, laissant ainsi à l’établissement la charge de combler ce manque, avec le risque de ne pas pouvoir faire sortir le SMUR tous les jours cet été. » 

Les pompiers de Carcans 

Enfin, l’assemblée a débattu sur de la suppression des sapeurs-pompiers professionnels, une partie de l’année à Carcans, ainsi que dans d’autres départements de la Nouvelle-Aquitaine. Sur ce sujet, Gironde Vigilante, par la voix de son président, « affirme qu’elle ne peut en aucun cas, cautionner la suppression de sapeurs-pompiers professionnels ou la fermeture de casernes. Et qu’elle persistera dans son rôle de lanceur d’alerte et de force de proposition. »