2018 09 07 SO Surveillance des plages 

Sud-Ouest du 7 septembre 2018 

Noyades : un été difficile sur les plages du Médoc

noyade un été difficile

Cet été, Dragon 33, l’hélicoptère de la Sécurité civile, a été amené à intervenir dans des situations dramatiques. PHOTO J. L. 

SECURITE Cet été, trois adultes et un adolescent sont décédés sur les plages du littoral médocain. Alors que le dispositif de surveillance va être allégé, la prudence est de mise. 

C’est un bilan qui vient d‘être communiqué par l’agence sanitaire Santé publique France. « 500 personnes sont mortes par noyade en France entre le 1er juin et le 30 août. Ce qui représente une centaine de plus que lors de la précédente enquête en 2015. » Pour la région Nouvelle-Aquitaine, au moins 17 noyades accidentelles ont été suivies d’un décès. Sur les plages du Médoc, le bilan est de quatre morts entre le 21 juin et la fin août. Et la saison est loin d’être terminée. Elle peut s’étirer encore jusqu’aux vacances de la Toussaint. Retour sur les faits. 

Un accident de surf 

Sur une plage du Nord-Médoc, l’été a tristement commencé par un accident de surf qui aura marqué les esprits. C’était le 21 juin. Une jeune touriste Allemande de 24 ans, a été retrouvée inanimée dans l’eau. Elle a eu l’artère fémorale sectionnée par la dérive de sa planche alors qu’elle évoluait sur la plage du Pin-Sec, à Naujac-sur-mer. 

L’hémorragie était trop importante et malgré l’intervention d’un baigneur, d’un ancien sauveteur, présent à ce moment-là sur la plage puis des secours, la jeune femme est décédée. La plage n’était pas encore surveillée au moment des faits. 

Le 10 juillet, sur le lac de Carcans-Maubuisson, un adolescent de 15 ans est mort noyé. Ne voyant pas son fils rentrer, c’est sa mère qui a passé l‘alerte. Son corps a été retrouvé par l’hélicoptère de la Sécurité civile, dans une zone non surveillée du lac. 

Le risque des baïnes 

Le 30 juillet, les secours sont appelés à intervenir une nouvelle fois sur une plage de la commune de Naujac-sur-Mer. Dans un océan particulièrement agité, un Allemand, âgé de 45 ans, s’est retrouvé en difficulté à environ 1 km du poste de secours et de sa baignade surveillée. 

Dès leur arrivée, les secours – pompiers, sauveteurs et le médecin du Samu – transporté par Dragon 33, l’hélicoptère de la Sécurité civile – ont tenté de réanimer le baigneur. Sans succès. 

Le samedi 18 août, au sud de la plage centrale de Soulac-sur-Mer, c’est un nouveau drame qui s’est noué. Alors que l’océan est agité et que le drapeau rouge est hissé, un enfant de 10 ans est rentré dans l’eau et s’est retrouvé en difficulté. Son père, âgé de 49 ans, et son oncle, un homme de 59 ans, se sont aussitôt jetés à l’eau pour lui porter secours. Les deux hommes se sont retrouvés pris dans un courant de baïne. L’enfant a pu être sorti. Son oncle a rejoint le rivage en stade 3 de la noyade. Son père, l’écrivain et journaliste Pierre Cherruau, en stade 4, est décédé ensuite à l‘hôpital. 

Prudence hors zone surveillée 

Alors que le dispositif de surveillance des plages s’est allégé un peu partout sur le littoral depuis la rentrée scolaire, la prudence est de mise. Avec le retour du beau temps annoncé dès ce week-end, les baigneurs ont la possibilité de rejoindre des plages qui proposent encore une surveillance nautique (lire notre édition du 1er septembre). 

Hors zone de surveillance, les baïnes constituent un réel danger. Enfin, les eaux plus calmes des lacs ne doivent pas diminuer la vigilance des parents. Les jeunes enfants restent particulièrement vulnérables dans l’eau.

2018 09 07 SO 72 sauvetages à lacanau centre