Sud-Ouest du 8 août 2018 

Benoit Simian au chevet des urgences

benoit simian au chevet des urgences

L’agression a eu lieu dans la nuit du 28 au 29 juillet. ARCH. J. L. 

L’élu médocain s’est entretenu avec les équipes au sujet de l’agression du mois de juillet, ainsi que sur les problèmes d’effectifs. 

Le député médocain Benoit Simian était en visite hier aux urgences de la clinique mutualiste de Lesparre-Medoc, pour rencontrer les équipes. 

« Nous sommes revenus sur la tragique agression qui a eu lieu dans la nuit du 28 au 29 juillet », a expliqué le député (lire notre édition du 31 juillet). Pour rappel, des membres des forces de l’ordre et du personnel avaient été violemment attaqués par deux individus, condamnés depuis à 3 et 8 mois de prison ferme. 

« Il a été également question de faire un point sur ce week-end de tous les dangers pour le service des urgences de la clinique, entre canicule, festival Reggae Sun Ska et arrivée de touristes », poursuit-il. Finalement, le week-end s’est plutôt bien déroulé, selon le président du Pavillon Mutualiste, René Martin. « Nous n’avons pas eu plus de monde que d’habitude. » 

La clinique de Lesparre souffre en effet de sous-effectif pour la saison estivale, en raison d’une baisse des affectations d’internes (voir notre édition du 28 juin). L’élu explique être intervenu au niveau du ministère de la santé. « J’ai obtenu gain de cause auprès des services de l’État. L’ARS (l’Agence régionale de santé, NDLR) a revu à la hausse les autorisations d’embaucher. Malheureusement la clinique n’a pas trouvé à recruter, c’était déjà trop tard », déplore Benoit Simian, qui reste tout de même positif. « Cela laisse présager des solutions pour l’année prochaine. » 

René Martin explique quant à lui que des solutions ont été trouvées pour le planning du mois d’août. « Nous aurons seulement un ou deux jours avec une équipe au minimum. » Enfin, « cette visite de courtoisie » selon le président des Pavillons mutualistes, s’est terminée par un passage par le service déambulatoire, qui compte désormais 20 lits et une visite des travaux du service de dialyse, dont l’ouverture est prévue en 2019. « Une avancée majeure pour le territoire médocain » a conclu le député.