AeroBuzz.fr du 25 mai 2018 par Gil Roy 

Le Beriev Be-200 remotorisé pourrait à nouveau intéresser la Sécurité civile 

En 2002, la Sécurité civile qui avait testé le Be-200 dans le sud de la France, avait rendu un rapport sévère. Faute d'une vraie alternative, elle pourrait reconsidérer son point de vue, à condition de ne pas vouloir utiliser le bombardier d'eau russe, même remotorisé, comme un Canadair. Safran y croit. Airbus aussi. D'autant que le marché dépasse les frontières de la France.

 

aerobuzz

Le Be-200 construit à Irkout par Beriev a effectué son premier vol (27 minutes) le 24 septembre 1998. A ce jour, la Russie est le seul client du Be-200. Elle a en commandé 7 exemplaires. Le premier a volé en 2003. © UAC 

"La décision de remotoriser le Be-200 russe avec des moteurs occidentaux démontre une volonté de relancer la commercialisation de ce bimoteur amphibie à l’échelle de la planète. Le moteur Powerjet SaM146 développé conjointement par Safran Aircraft Engines (France) et UEC Saturn (Russie) est aujourd’hui éprouvé. Il équipe avec succès la flotte des avions de transport régional Sukhoi SSJ-100. Les industriels estiment qu’il ne leur faudra pas plus de deux ans pour obtenir une certification européenne."...

..."Le Beriev Be-200 face au Canadair CL-415

Baptisé CL-515, ce nouvel avion se caractériserait notamment par un nouveau moteur Pratt & Whitney et une nouvelle avionique. Il pourrait voler d’ici 2021, 2022. Ce projet relève du challenge pour une entreprise de taille modeste comme peut l’être Viking et qui selon les experts, ne pourrait produire que 2 à 3 avions par an.

En résumé, Beriev et Safran sont convaincus que la voie est libre pour le BE-200 à moteur SaM146. Sauf que la motorisation d’origine du BE-200 n’était pas son seul point faible.

Le Be-200 testé par la Sécurité civile

En 2002, quand EADS s’est intéressé à l’amphibie russe, la Sécurité Civile française l’a évalué. Après avoir été présenté au salon ILA de Berlin, le biréacteur est venu à Marignane où pendant une semaine, il a été mis à l’épreuve.

Il a été testé par les français dans différents cas de figure : écopage, largage d’eau, chargement de fret. Le Be-200 est ensuite allé en Grèce, où il a subi une nouvelle évaluation de la partie de la Sécurité civile grecque. Au total, 15 vols d’essais ont été réalisés depuis la terre et 8 depuis l’eau au cours de cette campagne. Les italiens l’ont testé deux ans plus tard.

aerobuzz2

Le Be-200 mesure 32 m de long, 8,9 m de haut et 32,78 m d’envergure. Sa masse à vide est de 28,1 tonnes. © UAC

Les équipages de la Sécurité civile ont été défavorablement impressionnés par la violence des chocs encaissés par la coque lors des écopages. Cette manœuvre se fait à une vitesse élevée comprise en 90 et 95% de la vitesse de décollage, qui elle-même est comprise entre 150 et 190 km/h. Les chocs posent un réel problème de résistance de la coque auquel il faudra trouver une solution."...

Le biréacteur russe n’est évidemment pas l’avion idéal pour le relief. En revanche, pour protéger une ville, une centrale nucléaire ou des forêts landaises, il peut se montrer efficace. En résumé, le Be-200 est mieux adapté aux forêts aquitaines ou scandinaves, qu’au massif des Maures."...

2018_05_25_Aerobuzz_Le_Beriev_Be_200_remotorisé_pourrait_à_nouveau_intéresser_la_Sécurité_civile