Sud-Ouest du 13 juillet 2018 

Saint-Quentin-de-Baron : Un pôle de santé mais toujours pas de pharmacie

un pôle santé mais toujours pas de pharmacie

Le pôle de santé a été inauguré hier en présence de la sénatrice de Gironde et d’élus des communes alentours. PHOTO L. D. 

Ce pôle de santé, financé sur des fonds privés, a été inauguré hier. Pour l’officine, le maire a écrit à la ministre de la Santé. 

Un médecin généraliste, un ostéopathe, un naturopathe dont le cabinet est partagé avec une sexologue, un psychologue, un podologue, un orthophoniste et un cabinet infirmier avec trois professionnels, le pôle de santé inauguré hier à Saint-Quentin-de-Baron, en présence de divers élus, apporte un souffle nouveau à la commune en termes d’offre de soins. « Il nous reste encore un cabinet disponible pour un médecin généraliste », informe Christophe de la Barbelais, qui a financé cette structure. Coût de l’opération : 1 million d’euros. 

En revanche, la pharmacie se fait encore attendre, la commune se situant toujours, selon le recensement officiel daté de 2015, sous la barre des 2 500 habitants, le seuil à atteindre pour obtenir le feu vert de l’Agence régionale de santé (ARS) pour installer une nouvelle officine. 

De nouvelles règles 

Fin juin, le maire Jack Allais a écrit à la ministre de la Santé Agnès Buzyn dans l’espoir que Saint-Quentin-de-Baron soit inclus dans les territoires jugés en fragilité de soins médicaux, dans le cadre des nouvelles règles définies avec l’ordonnance Macron du 3 janvier relative aux pharmacies. « Ce classement autorise l’installation d’une officine dans les communes d’au moins 2 000 habitants s’il n’y en a pas d’autres dans les communes limitrophes ou si un pôle de santé se situe à côté. Saint-Quentin remplit ces deux critères », indique Juliette Lefebure, spécialisée dans la transaction d’officines et qui a porté le projet saint-quentinois. Ne reste donc plus qu’à attendre la réponse de l’ARS dans les prochains mois… Sinon, il faudra attendre 2020.