Sud-Ouest du 30 mai 2018 

Infirmières de nuit, soignants : quelles mesures pour les Ehpad et la dépendance ?

infirmière de nuit

Agnès Buzyn fera des annonces ce mercredi 30 mai sur la dépendance. ALAIN JOCARD AFP

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, annoncera ses mesures pour les Ehpad ce mercredi. 

C’est ce mercredi en fin d’après-midi qu’Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, annoncera son plan pour la prise en charge de la dépendance. Ce plan "dépendance" aura notamment comme objectif de répondre à la crise que traverse les Ehpad. 

Pour mémoire, en janvier et en mars, les salariés des maisons de retraite médicalisées avaient fait grève. Un mouvement inédit lancé par des personnels "cassés", "usés" et "à bout". Devant l’urgence de la situation, le gouvernement avait nommé fin janvier un médiateur et annoncé 50 millions d’euros de crédits en 2018 pour les établissements en difficulté. 

Davantage d’infirmières de nuit 

Ces derniers jours, Agnès Buzyn a indiqué qu’il y aurait des "mesures immédiates" pour "aider les Ehpad en difficulté avec une certitude qu’il n’y aurait pas de perdants sur les changements de tarification". 

"On va mettre beaucoup de moyens 
sur les infirmières de nuit et pour des soignants, nous dégagerons des moyens", a-t-elle assuré. "Et nous allons travailler sur la formation des professionnels autour des personnes âgées (…), sur les carrières des personnels", a-t-elle encore ajouté. 

Une concertation 

Autre axe de travail : une grande concertation devrait être ouverte sur la manière de créer "une société plus inclusive pour prendre en charge nos aînés". 

Le reste à charge 

Par ailleurs, la ministre "espère pouvoir faire des annonces mi-juin" pour un accord sur le reste à charge en matière de prothèses dentairesauditives et optique. "Je m’étais donné jusqu’au 15 juin pour terminer ces négociations", a-t-elle rappelé et "on tient le bon bout". 

Un plan hôpital en juin 

Enfin, concernant le malaise à l’hôpital public – un plan doit être annoncé en juin – la ministre a expliqué qu’elle avait "libéré la parole" et "créé de l’attente" en disant "oui, il y a un problème, oui nous allons réformer". Sur ce point, Emmanuel Macron devrait donner en juin ses orientations pour l’hôpital et le système de santé de demain. 

Mais le chef de l’État est attendu au tournant. Alors qu’il a déclaré le 15 avril, qu’"Il n’y aura pas d’économie sur l’hôpital dans ce quinquennat", France Info a publié une circulaire du ministère de la Santé et signée par Agnès Buzyn elle-même qui indique le contraire. 

Dans une annexe explicitement intitulée "ÉCONOMIES", elle fait état de "960 millions d’euros qui pèseront directement sur les établissements de santé en 2018."