La Dépêche.fr du 8 mai 2018 

Occitanie : Les médecins libéraux s'organisent pour un meilleur accès aux soins

les médecins libéraux s'organisent pour un meilleur accès aux soins

Illustration d'une consultation de médecin généraliste./Photo DDM archives, Sébastien Lapeyrere 

En Occitanie, il y a de plus en plus d'habitants pour un nombre de médecins qui reste stable. L'accès aux soins devient toujours plus difficile pour certaines personnes. Les médecins libéraux de la région tentent de trouver de nouvelles solutions à ce problème.

La région Occitanie compte 12.000 médecins libéraux pour près de 6 millions d'habitants. Et la population augmente d'année en année alors que le nombre de médecins n'évolue pas.

Mais plus encore qu'un problème de chiffre, Maurice Bensoussan, président de l'Union régionale des professionnels de santé Médecins libéraux (URPS ML) dénonce une gestion purement quantitative du problème démographique. «Le nombre de médecins ne suffit pas à pallier les besoins de la population, reconnaît le médecin. Mais on est en train de changer de modèle de soins. L'accès, de plus en plus difficile, n'est pas uniquement lié à une dimension quantitative.» La modernisation des conditions d'exercice de la médecine, les nouvelles exigences des patients et des médecins, la délégation de compétences sont autant de problématiques à prendre en compte. 

Des discussions avec les institutions  

L'union des médecins libéraux veut donc prendre les choses en main pour aller au-delà des mesures incitatives à l'installation que proposent les agences régionales de santé. «Il faut redonner de la capacité d'initiative aux acteurs de la santé», souligne Maurice Bensoussan. «Le modèle actuel est très centralisé, très technocratique. Mais une autre approche doit être discutée. Il est très compliqué d'entrer dans des cases lorsqu'il s'agit de médecine», précise le président de l'URPS ML.

L'organisation est donc partie à la rencontre des maires pour discuter des solutions possibles et surtout «sur mesure» aux problèmes de chaque territoire. 

Une convention avec les hôpitaux publics 

«Il y a une nécessité de soins de proximité», estime Maurice Bensoussan. «La France excellait en médecine parce que tous les citoyens pouvaient avoir accès immédiatement à un médecin. Aujourd'hui, c'est l'accès aux urgences qui est immédiat.» 

L'URPS a donc signé une convention avec les hôpitaux publics pour tenter de réorganiser le parcours du patient. «Le médecin généraliste doit redevenir la porte d'entrée du système de soins, pour avoir un regard sur son parcours, du début à la fin,» insiste le président de l'URPS ML."...

2018_05_08_La_Dépêche_fr_Les_médecins_libéraux_s'organisent_pour_un_meilleur_accès_aux_soins