Sud-Ouest du 27 avril 2018 

Enquête sur la santé dans le Libournais : Urgences, ça se bouscule

urgences ça se bouscule

En moyenne, chaque jour, les urgences de l’hôpital de Libourne, accueillent 125 patients. PHOTO « SUD-OUEST » 

"Après une période hivernale très chargée en terme de fréquentation, l’affluence reste forte aux urgences de Libourne. Reportage et rencontres.

Devant l’entrée des urgences de Libourne, ce mardi soir vers 20 heures, le fumoir au grand air affiche quasiment complet. Les mégots s’entassent. Danièle, la soixantaine, allume la première d’une longue série de clopes. Et quand on l’interroge sur la prise en charge de son mari, la sentence fait froid dans le dos : « Ici, de toute façon, c’est l’antichambre de la mort… »"... 

..."Dans le Libournais particulièrement, territoire faisant face à une carence en médecins généralistes ou spécialistes (lire nos éditions précédentes), où les taux standardisés de séjours hospitaliers sont plus élevés que les taux nationaux (source Agence régionale de santé), on se presse aux urgences"...

..."« Les jours où seules les vraies urgences arriveront aux urgences, il n’y aura plus de problème », nous soufflait la veille Michel Galand, élu libournais et président du Conseil de surveillance de l’hôpital."...

..."Ce mardi soir, plusieurs accompagnants grognent : de devoir patienter, du manque d’informations."...

..."Agacée quelques minutes plus tôt, la fille de Danièle, soulagée, vient enfin d’avoir des nouvelles de son papa. Il vient d’être pris en charge après trois heures d’angoisse. « On râle mais, comme partout, il y en a qui font bien leur boulot, d’autres moins bien, dit-elle. Seulement, ici, cela nous touche plus que d’habitude car cela concerne la santé de ceux qu’on aime. »"

2018_04_27_SO_Urgences_ça_se_bouscule