Sud-Ouest du 26 avril 2018 

Enquête sur la santé en Libournais : des spécialistes en voie d’extinction

enquête sur la santé en libournais des spécialistes en voie d'extinction

Outre certains médecins spécialistes, le Libournais souffre d’un gros manque de kinés sur le territoire, en comparaison de l’offre proposée aux échelles départementale et régionale. PHOTO LINDA DOUIFI 

"Plusieurs spécialités souffrent d’un cruel manque de praticiens et le renouvellement peine à se concrétiser. 

Le manque de médecins généralistes est jugé préoccupant dans le Libournais, la carence en spécialistes ne l’est pas moins. Lorsque Christian Glédine, du conseil de l’Ordre des médecins, égrène les praticiens ayant quitté l’arrondissement ou ceux en passe de s’envoler, on mesure les difficultés à venir. « Il y a des spécialistes qui vont disparaître », livre carrément l’ancien président de l’Amicale des médecins libéraux du Libournais.

Un « trompe l’œil » 

Selon le professionnel, officiant depuis 37 ans dans l’arrondissement, la relative bonne diversité de spécialistes que compte actuellement le territoire, et tout particulièrement Libourne, est un « trompe l’œil. » La pyramide des âges menace. Et le renouvellement ne s’opère pas comme il devrait. « Si on dresse un panorama des médecins par spécialité, on observe que nombre de remplacements se font par des professionnels devant bientôt partir à la retraite », indique-t-il.

Illustration à Libourne où deux anciens chefs des services de rhumatologie et d’ORL (otorhinolaryngologiste) de l’hôpital travaillent désormais en tant que libéraux mais seulement pour quelques années encore puisqu’ils flirteront, bientôt, avec l’âge limite. 

« Nous avons deux cabinets d’ophtalmologistes ayant fermé sans successeur, deux dermatologues partis, un risque de ne plus du tout avoir de pneumologues à l’avenir, reprend Christian Glédine. Quand à certains radiologues, ils sont débordés. Certains jours, ils sont de plus en plus nombreux à ne plus pouvoir assurer les consultations dans leur cabinet et les vacations dans les établissements de santé extérieurs. » 

Dans l’est de l’arrondissement, les foyens sont encore moins bien lotis. Pas la peine de se tourner vers Bergerac où la situation est tout aussi préoccupante."...

..."Pas de kinés, plein d’infirmiers 

Dans le rapport de l’Agence régionale de santé sur le nouveau contrat local, les faibles densités de professionnels spécialisés sont aussi pointées du doigt. Les chiffres datent de 2017. Par rapport au reste de la Gironde voire de la Nouvelle-Aquitaine, l’arrondissement s’avère pauvre. Très pauvre en kinés (81 pour 100 000 habitants contre 146 dans le département et 115 dans la région), modeste en dentistes (55 pour 100 000 habitants contre 71 pour le département et 57 pour la région) ou en podologues (20 pour 100 000 habitants contre 30 pour le département et 24 pour la région)."...

2018_04_26_SO_Enquête_sur_la_santé_en_Libournais_des_spécialistes_en_voie_d'extinction