Sud-Ouest du 4 avril 2018 

L’hôpital d’Angoulême responsable d’un décès ?

l'hôpital d'angoulême responsable d'un décès

 

L’opérateur aurait pensé à une indigestion. ILLUSTRATION CÉLINE LEVAIN

"Un jeune homme de 24 ans est mort dans les couloirs des urgences en décembre 2010. 

David avait 24 ans et, selon l’avocat de sa mère adoptive, Me Annick Dumas, aucun problème de santé. Il est décédé dans les couloirs du service des urgences du centre hospitalier d’Angoulême, dans la nuit du 27 décembre 2010, d’une crise cardiaque, d’après une expertise privée. Quelle est la responsabilité des praticiens de l’hôpital ? La question devra être tranchée par le tribunal administratif de Poitiers."...

..."Trois appels au 15 

Selon le demandeur – la mère de la victime – David aurait appelé à trois reprises le Samu ce soir-là afin de se plaindre de fortes douleurs dans le torse. Le régulateur lui aurait rétorqué qu’il devait avoir mal digéré. Une réponse formulée deux fois par l’opérateur du 15. La troisième fois, il invite la victime à se rendre au centre hospitalier d’Angoulême. Sur place, le jeune homme serait placé sur un brancard dans un couloir du service des urgences, toujours d’après l’avocat de sa mère. Il décéderait là, vingt minutes plus tard. 

Selon l’expertise judiciaire, les causes de la mort du jeune homme ne pourront jamais être connues. D’après l’expertise privée, commandée par la mère de la victime, la crise cardiaque serait avérée."...

2018_04_04_SO_L'hôpital_d'Angoulême_responsable_d'un_décès

Sud-Ouest du 4 avril 2018 

Mort d’un patient de 24 ans : l’hôpital d’Angoulême pratiquement hors de cause

mort d'un patient de 24 ans

"Sept ans après la mort par arrêt cardiaque d’un jeune homme admis aux urgences, la justice s’apprête à fermer définitivement la page sur ce drame en reconnaissant l’absence de faute de l’hôpital. 

Trois fois. Par trois fois, dans cette nuit du 26 au 27 décembre 2010, Marie-Geneviève a appelé le SAMU d’Angoulême pour dire que son fils de 24 ans, David, se plaignait d’inquiétantes douleurs au thorax et au bras. Les deux premières fois, le médecin régulateur a attribué ces douleurs à des problèmes gastriques, pour lequel le jeune homme était habituellement traité. La troisième fois, il a concédé à la maman affolée qu’elle conduise son fils aux urgences. 

Arrivé à l’hôpital d’Angoulême, le jeune patient ne semble pas aller trop mal : il marche, il se dévêt sans assistance dans le box d’accueil. Un quart d’heure plus tard, une aide-soignante le retrouve allongé au sol, sans vie : un arrêt cardio-respiratoire foudroyant."...

..."Pour le magistrat, les premières hypothèses retenues par le médecin régulateur étaient "suffisantes" et la prise en charge par les urgences est exempte de reproches, compte tenu de l’absence de signes de détresse."...

2018_04_04_SO_Mort_d'un_patient_de_24_ans_l'hôpital_d'Angoulême_pratiquement_hors_de_cause