Sud-Ouest du 15 mars 2018 

Tonneins : des médecins salariés pour pallier l’urgence médicale

Tonneins

Le futur Centre de santé du bassin tonneinquais sera implanté dans cette aile de Gardolle, qui abrite également des services municipaux. PHOTO J.S 

Le Centre du bassin tonneinquais a adopté une formule pour lutter contre la désertification médicale.

C’est sans nul doute l’un des dossiers les plus épineux auquel a dû s’atteler la municipalité. À l’instar de nombreuses communes rurales, Tonneins est, en effet, frappée de plein fouet, ces dernières années, par la désertification médicale. Une situation d’urgence qu’elle a tenté d’endiguer avec la création en 2016, de la Maison de santé de Gardolle, implantée dans les anciens locaux de l’école laïque. Une structure médicale visant à améliorer l’offre de soins, inaugurée en mars 2016 et dont le coût pour la collectivité s’est élevé à 1,8 million d’euros. La Maison de santé de Gardolle a permis de réunir en un lieu commun des médecins généralistes libéraux qui, depuis, croulent sous la demande. Au point que leur planning ressemble à celui d’une usine. Reste que cette maison de santé n’a malheureusement pas réussi à remplir sa fonction initiale. À savoir, attirer de nouveaux praticiens. 

Un projet unique 

D’où le projet mené depuis deux ans par la municipalité, en étroit partenariat avec le centre hospitalier intercommunal Marmande-Tonneins, l’Agglomération Val de Garonne et l’ARS (Agence régionale de santé) afin de constituer un « Centre de santé du bassin tonneinquais » permettant d’accueillir des médecins généralistes salariés."...

De onze à trois médecins 

« Ce Centre de santé, exclusivement dédié à la médecine générale, se révélait indispensable, afin de pallier l’urgence de la situation médicale sur le Tonneinquais, où nous comptions 11 médecins généralistes à l’orée des années 2000, contre trois aujourd’hui, qui sont totalement débordés. D’autant que la population est de plus en plus vieillissante », souligne le maire, Dante Rinaudo.

Le futur Centre de santé regroupera, dans un premier temps, deux cabinets médicaux, avec un médecin salarié à temps plein venant de Bordeaux. « D’autres praticiens exerçant à mi-temps ou à quart-temps devraient rapidement renforcer l’offre de soins », assure le premier magistrat."...

2018_03_15_SO_Tonneins_des_médecins_salariés_pour_pallier_l'urgence_médicale