Sud-Ouest du 3 mars 2018 

Érosion du littoral : sur la côte sableuse girondine, l’avenir en point d’interrogation

érosion du littoral

Denis Lavault, Alain Bergeron et Yves Bannel espèrent que l’enrochement de la plage sud sera supprimé. JULIEN LESTAGE 

"L’érosion marine suscite l’inquiétude au nord de la côte du Médoc, en Gironde. Une association de propriétaires a saisi le sujet à bras-le-corps, elle s’est mise en contact avec des experts et milite pour des solutions rapides

« Moi, j’en profiterai. Mes enfants, peut-être. Mais la génération de mes petits-enfants… » Alain Bergeron esquisse une moue dubitative. Retraité à Soulac-sur-Mer, au nord de la côte du Médoc, il voit l’océan tailler la dune littorale à coups de serpe à chaque épisode de grandes marées. Il distingue les blockhaus allemands du Mur de l’Atlantique se perdre toujours un peu plus loin dans les vagues. Et il se dit qu’être propriétaire sur cette langue de terre coincée entre l’océan et l’estuaire ressortit peut-être bien à la catégorie des plaisirs périssables… 

« Ici, on ne peut pas reculer. Il faut trouver des solutions », tranche Yves Bannel, le président de l’Apsem, l’Association pour la protection de Soulac-sur-Mer contre l’érosion marine. Alain Bergeron en est le secrétaire général. Membre du bureau, Denis Lavault partage l’inquiétude de ses voisins. À vrai dire, ce sentiment finit par devenir dominant dans le secteur. L’Apsem revendique 450 adhérents, ce qui n’a rien d’anodin dans une station balnéaire qui compte 2 600 habitants à l’année et décuple sa population en saison estivale."...

 

le signal

Le Signal, à Soulac-sur-Mer, un symbole fort. CRÉDIT PHOTO : LAURENT THEILLET

2018_03_03_SO_Erosion_du_littoral_sur_la_côte_sableuse_griondine_l'avenir_en_point_d'interrogation