Sud-Ouest du 20 février 2018 

La forêt paysanne appelée à disparaître en Périgord ? Le cri d’alarme d’un ancien forestier

forêt paysanne

Jean-Claude Nouard vient de sortir un livre où il conte l’évolution de la forêt. PHILIPPE GREILLER 

"Jean-Claude Nouard a écrit un livre dans lequel il déplore l’effacement des feuillus au profit des pins dans les forêts de Dordogne."...

..."Bientôt à l’heure de la retraite, ce forestier s’alarme dans un livre polémique (lire ci-dessous) de la disparition de nos vieilles forêts de feuillus au profit de l’implantation massive de conifères. 

« La tempête de 1999 a marqué le début de la fin », analyse Jean-Claude Nouard. Cet épisode apocalyptique a transformé 60 000 hectares en un immense mikado et bouleversé la gestion traditionnelle des étendues boisées."...

..."Et jusqu’à très récemment, les massifs nourrissaient les hommes, mais aussi le bétail lors de la glandée. « La forêt assurait la survie du monde rural."...

..."Les paysans géraient leurs parcelles « en bons pères de famille » : « C’était un peu leur livret A », raconte le forestier. Pas de coupes rases, alors, mais des prélèvements parcimonieux d’un vieux chêne ou d’un châtaignier plantés par des ancêtres, afin de couvrir les frais d’un mariage, d’un baptême, ou un achat immobilier. 

Raisons matérielles 

C’était avant. La forêt paysanne, considérée comme non rentable, serait amenée à disparaître. « Aujourd’hui, constate le forestier, on coupe à blanc et on ne plante pratiquement plus que des résineux sans âme ni histoire. » La part des conifères s’accroît depuis la tempête de 1999 et selon, le forestier, ce phénomène devrait s’accentuer rapidement."...

..."Des risques d’incendie accrus 

Mais pour Jean-Claude Nouard, cette gestion à court terme aura rapidement des conséquences désastreuses. D’abord parce qu’elle fait table rase de notre histoire et broie des massifs forestiers plébiscités par le tourisme vert. Ensuite parce que l’introduction d’essences résineuses « modifie les écosystèmes et appauvrit la biodiversité. » En effet, au fil des rotations des forêts de pins, le sol devient acide. Il contrarie la croissance de la flore. « Des répercussions écologiques sont à craindre. Nos forêts pourraient se transformer en cimetières biologiques. » Le technicien ajoute que les résineux aggravent les risques d’incendie."...

2018_02_20_SO_La_forêt_paysanne_appelée_à_disparaître_en_Périgord_Le_cri_d'alarme_d'un_ancien_forestier