Gironde Vigilante tient à préciser quelques points :

Le secours à personne représente près de 80 % des interventions du SDIS et fait partie des services publics essentiels sur notre territoire pour palier à la désertification médicale.

Les habitants des zones rurales ne sont pas responsables de cet état de fait car ils ne peuvent malheureusement plus contacter leur médecin de famille ou encore un médecin de garde la nuit, le week-end et les jours fériés puisqu'il leur est demandé de contacter le centre 15 en cas d'urgence dans de nombreux secteurs. 

Est-il normal que cette future organisation prenne plus en compte le surcroît de population en période estivale que les habitants de CARCANS à l'année, sous prétexte qu'il y a moins d'interventions l'hiver. La majorité des maisons ne sont pas, contrairement à ce qui a été affirmé, des résidences secondaires. 

Cette réorganisation semble satisfaire certains mais comment jugeront-ils les douze minutes supplémentaires et comment réagiront-ils lorsqu'il s’agira d'un membre de leur famille ?

Comment accepter l'éloignement de secours de proximité ? C'est quand même la vie des personnes qui est en jeu.

Ne devrions-nous pas tous avoir les mêmes droits ? 

On constate une fois de plus l'abandon des territoires ruraux mais comment pourrait-il en être autrement si nous acceptons sans broncher la désertification de nos territoires par les services publics (gendarmerie, centre de secours et, demain, certainement la Poste...).

Enfin, si cet hiver le nombre d'intervention sur CARCANS venait à augmenter de façon non négligeable, le Chef du Groupement remettra-t-il des Sapeurs-Pompiers Professionnels toute l'année ? La question reste posée. 

Gironde Vigilante surveillera de très très près cette réorganisation et ne manquera pas de prendre ses responsabilités en cas de dysfonctionnement. Son rôle : défendre les usagers du service public d'incendie et de secours de la Gironde et pense sérieusement à l'avenir à défendre tous les usagers de tous les services publics. 

Revenons toutefois sur les explications données par le Lieutenant-Colonel LENDRES lors de notre rencontre en novembre dernier et sa mise en garde : « Trop de tapage, pourrait conduire demain à la suppression des Sapeurs-pompiers professionnels (SPP) toute l'année au Centre de Secours de Carcans au profit d'Hourtin ». 

  • Selon le Lieutenant-Colonel, cette réorganisation était demandée par les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires (SPV) rencontrés lors de ses visites dans les différents centres. 

  • Si Gironde Vigilante ne remet pas en cause l'avantage que peut avoir une garde les week-ends et les jours fériés toute l'année, elle regrette toutefois que celle-ci soit uniquement en journée et à Hourtin (12 km de Carcans) du 15/10 au 14/03. 

  • Le Lieutenant-Colonel LENDRES n'a pas manqué de nous faire part de la forte augmentation des SPP sur son groupement. Alors revenons un instant sur ces chiffres car ceux recueillis, lors de notre rencontre, ne tiennent pas compte des Officiers et s'élèvent seulement à 115 SPP après la future organisation initiée par le Chef du Groupement et donc le recrutement de nouveaux SPP (le chiffre donné par le Lieutenant-Colonel comprenant les Officiers est de 148). 

Avant l'application de la loi de départementalisation, nous avions sur ce groupement 90 SPP qui travaillaient 24 heures et n'étaient rémunérés que 16 (soit 8 heures gratuites).

Suite au passage aux 35 heures et toutes les heures rémunérées, pour avoir le même nombre d'heures de présence de SPP, il faudrait 1/3 de SPP de plus qu'avant la départementalisation pour faire face aux 8 heures autrefois gratuites, soit 90 x 1/3 = 30 SPP de plus. Nous arrivons donc à 120 SPP. Ils ne seront pourtant que 115 après la nouvelle organisation et les embauches...

Vous pouvez d'ailleurs constater le pourcentage élevé d'officiers dans le groupement puisqu'ils représentent près de 23% de l'effectif. 

  • Concernant également l'augmentation du nombre d'heures de présence des SPP. Il passe de 10 200 heures à 10 272 heures, 72 heures de plus seulement sur une année mais sur 214 jours au lieu de 255 jours. 

  • Pour le secours à personne, le Lieutenant-Colonel LENDRES n'avait pas manqué de nous faire remarquer que les services d'incendie et de secours sont chargés de la prévention, de la protection et de la lutte contre les incendies (missions propres) et que les autres missions sont des missions partagées. Or ces missions partagées représentent la majorité de leurs interventions (en Gironde le secours à personne c'est 90 000 sur 117 000 interventions en 2017 cf. Sud-Ouest du 08/12/2017). 

  • Pour le Chef du Groupement Nord-Ouest du SDIS 33, de nombreux centres de secours fonctionnent uniquement avec des sapeurs-pompiers volontaires et cela ne pose aucun problème. Le centre de Carcans, dont les interventions avaient augmenté de 3 % en 2016, fonctionnera donc cinq mois de l'année ainsi. 

Toutefois, le Lieutenant-Colonel LENDRES, dans un article du Sud-Ouest du 24 janvier 2017 (ci-dessous) déclarait que : "Le recrutement des sapeurs pompiers volontaires s’avère de plus en plus difficile, en particulier sur le centre de Carcans. Les jeunes et moins jeunes sont, en effet, peu nombreux à se manifester." 

2017_01_24_SO_Carcans_Les_sapeurs_pompiers_toujours_plus_sollicités

D'ailleurs nous pouvons constater l'évolution de l'effectif des sapeurs-pompiers volontaires (SPV) en 2015 : 29 SPV, en 2016 : 26 SPV selon les articles du Sud-Ouest des 24/01/17 et 11/01/16, et en 2017 : 25 SPV (effectif donné par le Chef du Groupement Nord-Ouest du SDIS 33 lors de notre rencontre).

Nous constatons donc un effectif qui diminue mais des SPV qui seront de plus en plus sollicités puisqu'ils assureront également des interventions en journée cinq mois de l'année à CARCANS.

Des SPV qui habitent, pour certains, à plus de dix minutes du Centre de Secours. 

  • Ira-t-on, à terme, vers la fermeture pure et simple du centre de secours de CARCANS faute de SPV même si le Lieutenant-Colonel affirme que le Centre de Secours ne fermera pas ? 

  • Le Centre de CARCANS est passé de 12 SPP à 6 SPP après l'application de la loi de départementalisation au SDIS 33 et depuis du 1er janvier 2018 à 0 SPP cinq mois de l'année, et puis... ? 

  • Une réorganisation ne devrait-elle pas améliorer la précédente ? Quelle évolution pour ce service public ?...  

Sud-Ouest du 17 janvier 2018 

Le centre de secours ne fermera pas 

le centre de carcans ne fermera pas

Le lieutenant-colonel Lendres a rassuré son auditoire. PHOTO P. V. 

La question était posée : le centre de secours fermera-t-il ou pas ? Le suspens est désormais levé : « Il ne fermera pas », a affirmé lieutenant-colonel Éric Lendres, commandant le groupement Nord Ouest des sapeurs-pompiers, vendredi dernier, lors des vœux adressés à la population. Une déclaration faite en présence de Patrick Meiffren, maire de la ville, de Dominique Fédieu, conseiller départemental, du major Huberdo, commandant de la gendarmerie de Lacanau, du commandant Chemitte, des lieutenants Paraire et Armagnac et des sapeurs-pompiers de Carcans. 

473 interventions 

Lors de son intervention, le lieutenant Paraire, chef du centre de secours (qui, cette année cède sa place au lieutenant Armagnac) a précisé que 473 interventions avaient été effectuées au cours de l’année, dont 80 % pour assistance à personnes. Le lieutenant a également souligné que l’année 2017 a été marquée par des mutations et des départs, que les locaux ont été améliorés avec le concours des sapeurs-pompiers et que le centre a fait l’objet d’importants travaux d’entretien. 

Concernant l’effectif des centres de Carcans/Hourtin, 53 volontaires et 21 professionnels sont régulièrement à pied d’œuvre. Parmi leurs priorités : la formation. Le chef de centre a en effet expliqué que « la formation était primordiale pour assurer des services efficaces ». Afin de répondre à cette exigence, au cours de l’année, plus de 1 500 heures de formation ont donc été assurées au personnel. Le lieutenant-colonel Éric Lendres a pour sa part félicité les sapeurs-pompiers carcanais, en particulier les volontaires, pour le sérieux avec lequel ils ont assumé leurs interventions, puis les a encouragés à donner le meilleur d’eux-mêmes lors des missions qu’ils auront à accomplir. À l’exemple du courage dont ils ont fait preuve lors des trois grands incendies du 20 avril dernier sur le secteur de Cissac. 

La réorganisation des centres de Carcans/Hourtin a également été un objectif majeur. Grâce au dialogue, cela a abouti à la présence de pompiers professionnels à Carcans, du 15 mars au 15 octobre, 7j/7 et de 7 à 19 heures. 

Investissements 

L’année 2018 verra aussi l’arrivée d’un nouveau système d’alerte. L’officier a également listé l’achat des matériels d’interventions notamment (ambulances, camions-citernes…), ainsi que les grands travaux qui ont marqué et marqueront la politique de modernisation du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis), dont la caserne de Soussans – qui sera inaugurée fin janvier – et ceux qui débuteront cette année, notamment la rénovation des casernes de Pauillac et de Lesparre. Deux autres gros projets sont à l’ordre du jour : la construction de la caserne du Porge et l’importante restructuration de la caserne de Castelnau. 

Pour Patrick Meiffren, le maire de Carcans, « ces réformes vont dans le bon sens et paraissent acceptables. Nous resterons vigilants quant à leur mise en œuvre et à leur efficacité ». Dominique Fédieu, conseiller départemental, a quant à lui souligné qu’« avec un budget de 90 millions d’euros, le Sdis était au cœur des priorités que se fixe chaque année le Département, notamment son président, Jean-Luc Gleyze ».