Dans l'article ci-dessous, nous pouvons constater que les remarques faites par Gironde Vigilante lors de sa réunion publique, sont plus que pertinentes concernant le secours à personne et la prise en charge aux urgences. En effet, le Directeur du SDIS 33, lui-même, ne dit-il pas que le secours à personne, sans cesse en augmentation (+ 5,7%), représente la majorité des interventions du SDIS (près de 77 %), et qu'au niveau des services d’admission aux urgences, il est fréquent que les équipages de sapeurs-pompiers soient confrontés à une attente supérieure à une heure ?

Sud-Ouest du 8 décembre 2017 

117 000 interventions pour les pompiers 

BORDEAUX L’activité des pompiers n’a cessé de croître en 2017 avec 90 000 secours à personnes. En dix ans, elle a progressé de 45 % 

117 000

Les sapeurs-pompiers de la Gironde viennent de fêter leur patronne Sainte-Barbe dans les locaux de la caserne d’Ornano à Bordeaux. Le protocole n’a pas dérogé à la tradition et c’est donc en présence du préfet Pierre Dartout et de Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental et du conseil d’administration du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), que le contrôleur général Jean-Paul Decellières, directeur du SDIS33, a dressé le bilan de l’activité pour l’année écoulée. 

On sait par expérience qu’il n’y a pas de temps mort dans l’activité des pompiers mais au fil des ans, les « statistiques donnent le tournis », a souligné Jean-Paul Decellières devant les élus et les nombreux « soldats » présents mercredi soir dans l’enceinte d’Ornano. 

En effet, 2017 est l’année des records avec une hausse de 9% des interventions par rapport à l’année précédente avec près de 117 000 sorties contre 107 491 en 2016. Au cours de ces dix dernières années, une augmentation de 45 % de l’activité a été enregistrée ! Et cela concerne l’ensemble des interventions. 

Le standard du 18 surchauffe 

En 2017, les opérations diverses progressent de 25%, les incendies de 4%, les accidents de 4,7% et les secours à personnes de 5,7 %, avec le chiffre «vertigineux» de 90 000 interventions. Avec une ville de Bordeaux et un département de plus en plus attractifs (plus de 247 000 nouveaux habitants enregistrés en plus entre 2002 et 2017), l’activité des sapeurs-pompiers s’en ressent forcément. Le standard du 18 surchauffe par moments. Comme le 27 novembre avec 55 interventions en simultané. « Il faut imaginer l’impact d’une telle situation sur notre organisation», observe Jean-Paul Decellières évoquant «la pression ininterrompue que doivent absorber l’ensemble des acteurs de la chaîne de secours.» 

C’est le cas notamment au niveau des services d’admission aux urgences où il est fréquent que les équipages de sapeurs-pompiers soient confrontés à une attente supérieure à une heure. « Cette situation devient intenable, insupportable», dénonce le directeur du SDIS. «Cette saturation des services d’urgence met en difficulté notre structure qui doit sans cesse réagir afin d’assurer une couverture des risques satisfaisante sur l’ensemble du territoire et maintenir des délais d’intervention acceptables. Ces attentes ont aussi un coût non négligeable pour la collectivité en général.» 

En 2016, le coût moyen du service incendie par habitant s’élevait à 108 euros. Il pourrait être supérieur cette année. Loin de baisser les bras, les 1 854 sapeurs-pompiers professionnels et les 3094 volontaires ont à cœur «de maintenir le cap ». En 2018, il n’y aura pas de place pour la relâche.