Sud-Ouest du 12 novembre 2017 

BELVES : Le coup de g... de Jean-Pierre RIEHL

coup de gueule 13

Photo BERNARD MALHACHE

Docteur RIEHL Jean-Pierre

Rue des Remparts

24170 SIORAC EN PÉRIGORD 

Siorac en Périgord le 8 novembre 2017 

Madame, Monsieur, 

Je viens d’apprendre, avec stupéfaction, que l’Agence Régionale de Santé, a décidé unilatéralement de mettre fin au financement du Réseau Gérontologique du Pays de Béssède en décembre 2018. Je suis obligé de constater, qu’une fois de plus, nos grands responsables administratifs vivent sur une planète éloignée de la réalité du monde rural. Ce réseau a été initié par Madame Le Barbier (alors Conseillère Générale du Canton de Belvès), dont je ne partageais pas les idées politiques, mais qui a eu tout mon soutien pour cette création et à qui j’ai succédé en 2008 jusqu’en 2014. Cette structure a donné beaucoup d’espoir à notre population vieillissante en lui permettant de rester chez elle le plus longtemps possible, en économisant au département une partie du budget de l’aide sociale. La MAIA (Méthode d’Actions pour l’Intégration des services d’aide et de soin dans le champ de l’Autonomie) ne réglera jamais tous les problèmes de nos aînés qui ne sont pas tous en perte d’autonomie ou déments mais qui ont quand même besoin d’aide. Ils n’auront à leur disposition qu’un standard téléphonique anonyme. Ne nous étonnons pas de l’existence de déserts médicaux quand on a détruit ce qui était nécessaire à la vie quotidienne en milieu rural : fermeture des écoles ou création de RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) obligeant les enfants dès l’âge de 3 ans de se lever de bonne heure pour prendre le car scolaire, fermeture de bureaux de poste, des perceptions, des gares, des gendarmeries, des hôpitaux de proximité, des guichets bancaires automatique, du tissu industriel etc. Mais combien d’élus m’ont accompagné au début pour défendre l’hôpital de Sarlat ? Nous étions peu nombreux avec nos écharpes tricolores. Il est des combats prioritaires. A quoi servent les belles routes et les belles déviations s’il il n’y a plus personne pour les emprunter en dehors des touristes quelques semaines par an ? Pourquoi l’ARS a-t-elle demandé, il y a quelques mois, au réseau gérontologique de se développer sur le Sarladais pour cesser ensuite son financement le 31 décembre 2018 ? Je m’interroge sur les conséquences de toutes ces décisions au niveau social (Réseaux, CIAS, EHPAD ..) qui ne connaissent que la gestion financière et font abstraction de tout ce qui est humain. Qui a pensé aux 180 bénéficiaires du réseau et à leurs familles qui vont se retrouver démunis et seuls du jour au lendemain ?

Notre territoire ne possède pas encore une couverture totale en téléphonie mobile, quand à internet nous en sommes encore à la 2G quand il nous faudrait au moins la 3G et que la télé médecine dont on nous rabat les oreilles ne fonctionne correctement qu’avec la 4 G. Mesdames, messieurs assez de démagogie et retrouvons le bon sens et laissons les utopies à ceux qui ont les moyens de rêver. Sauvons notre Périgord Noir avant qu’il ne devienne le Périgord noir sur la carte de France.

Jean Pierre Riehl

Maire adjoint de Siorac en Périgord Vice Président de la Communauté de Communes de la Vallée Dordogne et Forêt Bessède chargé des questions sociales. Ancien Président du Réseau Gérontologique du Pays de Bessède.