Sud-Ouest du 28 octobre 2017 

AVC : « Il faut alerter rapidement »

AC il faut alerter

Les AVC, première cause de handicap en France. ILLUSTRATION DR 

"Le docteur Jean-Christophe Pin, chef du service neurologie au Centre hospitalier, partage le réflexe d’appel au 15."...

..."En Nouvelle-Aquitaine, deux personnes sont touchées par un AVC toutes les heures, la Charente n’est pas épargnée non plus ? 

Ce qu’il faut retenir, c’est que les AVC sont la première cause de handicap en France, et non pas les accidents de la route. C’est aussi la deuxième cause de démence et la troisième de mortalité. Une pathologie dévastatrice en termes d’autonomie et de pronostic vital d’où la constitution d’unités neurovasculaire dédiées à la prise en charge des AVC dans les services de neurologie."...

..."On peut hésiter à appeler le 15, c’est quoi la réaction appropriée ? 

Si on est face à une personne qui vous dit tout d’un coup “je sens que j’ai une faiblesse dans la jambe, je ne vois pas bien, j’ai dû mal à parler”, surtout ce qu’il ne faut pas faire, c’est dire “va te coucher, repose toi, ça va passer”. Il faut être attentif à la personne, et si ça se confirme, appeler le Samu. Les médecins régulateurs du Samu ont des grilles de lecture pour déclencher la procédure AVC. Le temps va être l’élément déterminant. Il faut être rapide. C’est aux patients ou aux proches d’initier le déclenchement de l’alerte en première instance, quitte à se tromper, c’est le message que la communauté neurologique délivre à la population"...

2017_10_28_SO_AVC_Il_faut_alerter_rapidement