Sud-Ouest du 18 juin 2017 

Vidéos. Un gigantesque feu de forêt fait au moins 62 morts au Portugal

vidéo

Le feu s'est déclaré samedi peu avant 15 heures PATRICIA DE MELO MOREIRA AFP

Le feu a piégé plusieurs personnes dans leurs voitures. Le bilan pourrait s’alourdir 

Ils ont été piégés par les flammes dans leurs voitures. Un violent feu de forêt qui a soudainement redoublé d’intensité a fait au moins 62 morts et 59 blessés, samedi dans la région de Leiria, dans le centre du Portugal.  

Que s’est-il passé ? 

"Malheureusement, c’est sans doute la plus grande tragédie que nous ayons connue ces dernières années sur le front des incendies de forêt", a déclaré, ému, le Premier ministre portugais Antonio Costa, qui s’est rendu au siège de la Protection civile près de Lisbonne.

VIDEO. Portugal : "La plus grande tragédie de ces dernières années sur le front des incendies de forêt", déclare le Premier ministre

Des automobilistes ont été carbonisés dans leurs voitures quand ils se sont retrouvés piégés par les flammes, hier, dans le district de Leiria, dans le centre du pays. Le bilan est lourd : au moins 57 morts. Un deuil national doit être décrété.

Que s’est-il passé ?  

Lors du premier bilan de 25 morts, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Jorge Gomes, indiquait que 22 personnes avaient été carbonisées dans leurs voitures quand elles se sont retrouvées piégées par les flammes alors qu’elles circulaient sur la route. Trois autres étaient décédées par inhalation de fumée. Depuis le bilan s’est alourdi à 62 morts.  

"Il est difficile de dire s’ils fuyaient les flammes ou ont été surpris par le feu", a déclaré M. Gomes à Pedrogao Grande, où l’incendie s’était déclaré samedi peu avant 15 heures.  

Selon le Premier ministre, des orages secs ont pu être à l’origine de l’incendie.   

D’après le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, les flammes se sont propagées "avec beaucoup de violence" et "de façon inexplicable". Plusieurs villages ont été touchés et un plan d’évacuation a été mis en oeuvre pour certains d’entre eux.

Un deuil national sera décrété prochainement, a annoncé le Premier ministre.   

"Le moment le plus tendu que nous avons connu jusqu’ici, c’était au village de Moninhos Cimeiros. Quelques maisons ont dû être évacuées et si nous n’avions pas été là, tout serait parti en fumée", a raconté l’un de ces pompiers, Mario Maia, à l’AFP.  

"Le nombre de victimes pourrait encore augmenter", a indiqué le Premier ministre. "La priorité, c’est de sauver des personnes qui pourraient toujours être en danger"