Sud-Ouest du 28 septembre 2016 par Catherine Dowmont 

Les frelons saupoudrés

les frelons saupoudrés Photo C. Dowmont

Didier Bontemps et son employé prêts à intervenir sur les sept nids de récidive.

les frelons saupoudrés 1 Photo C. Dowmont

Les frelons asiatiques, délogés, ont jeté leur dévolu sur le pôle sportif

Les nids de récidive des frelons asiatiques ont été éradiqués lundi soir. Il faudra attendre encore avant de rouvrir le pôle sportif.

Depuis une semaine, le pôle sportif de Pian-sur-Garonne est interdit au public. En cause, les frelons asiatiques dont le nid principal a dû être balayé par la récente tempête et qui se sont précipités pour construire des nids de récidive. Furieux, les insectes sont particulièrement agressifs et ils ont piqué cinq personnes qui ont dû être hospitalisées (voir « Sud Ouest » du 22 septembre). 

Appelé à la rescousse, Didier Bontemps, qui tient l'entreprise Abeilles Frelons et Nuisibles à Saint-Maixant, a fait montre de prudence. Il a recommandé de ne rien entreprendre avant que les frelons aient fini de construire leur nid et de pondre les larves. Les insectes ont été rapides.

Et, lundi, il pouvait passer à l'action. « Surtout, il ne faut pas boucher un nid avec de la mousse ou des produits chimiques. Les frelons sont capables de partir loin dans les cloisons et percer du Placoplatre ». 

Un dard de 6 mm 

À Pian, l'employé de Didier Bontemps a revêtu sa tenue de travail : deux jeans, un épais chandail, une veste matelassée. Le tout recouvert d'une combinaison intégrale d'apiculteur dont la capuche est doublée d'un casque a visière. « Il ne faut ni prendre de risque, ni avoir de doute. Il faut être sur que leur dard de 6 mm ne transpercera pas notre tenue… » Ensuite, il est entré sur le site, armé d'une longue perche. Avec elle, il a aspergé les gardes du nid avant de percer celui-ci et de le remplir de poudre répulsive. 

Les frelons se sont échappés du nid couverts cette poudre. Il va falloir attendre encore une bonne semaine pour s'assurer que les frelons attachés à ces sept nids, ont bien été contaminés et qu'ils ont, à leur tour, contaminé les larves. 

Ensuite, le site pourra être rendu à ses utilisateurs habituels sans crainte.