Sud-Ouest du 27 septembre 2016 

Les sylviculteurs veulent des réponses

Les sylvculteurs veulent des réponses Photo B. Duporge

La DFCI a invité les sylviculteurs et l’association Vive la forêt à son assemblée générale. 

"L'assemblée générale de l'association locale de Défense des forêts contre l'incendie (DFCI), a été rapidement traitée, pour laisser place à l'inquiétude sylviculteurs. Ces derniers se posent des questions sur les conséquences des champs captants, destinés à fournir Bordeaux Métropole en eau, sur leur activité. 

Des mesures ont été faites par la DFCI, pour pouvoir répondre à celles faites par les autorités, qui, il faut bien le dire, n'ont pas un langage toujours très clair en ce qui concerne les conséquences possibles de la baisse de la nappe de l'oligocène. De ces mesures, il ressort une différence de niveau entre deux printemps d'un mètre cinquante, les nappes s'étant rechargées avec les fortes pluies d'avant l'été. Les estimations prévues par les autorités faisaient penser à une baisse rassurante. Mais elles ont changé et, sur les dix mille hectares concernés, le danger serait d'un niveau supérieur. Les pins deviendraient plus rares et de mauvaise qualité."...

..."Le sylviculteur André Prouvoyeur a alors pris la parole pour rappeler que les forestiers ne seront pas les seuls touchés. Tous le seront, car le paysage, la nature des sols pourra être différent, du fait du manque d'eau. Le président Péragallo a renvoyé la balle dans le camp des décideurs, taclant sans tendresse les maires du territoire. « Ils oublient que la fiscalité de la forêt abonde leur budget »."

2016_09_27_SO_Les_sylviculteurs_veulent_des_réponses