Francetv info du 9 mai 2016 

Incendie de Fort McMurray : premier répit 

La progression du feu a ralenti dans la nuit de dimanche à lundi autour de Fort McMurray, au Canada. Près de 2 000 km² sont déjà partis en fumée. 


fort incendie
 

Il y a une légère accalmie ces dernières heures. Le feu a progressé moins vite que prévu, et surtout moins vite que ces derniers jours. Pour la première fois, quelques gouttes sont tombées ce dimanche soir et on attend des précipitations plus importantes pour ce lundi. Le vent d'ouest continue de repousser les principaux foyers d'incendie vers l'extérieur de Fort McMurray, à 40-50 km des habitations, ce qui soulage énormément le travail des pompiers. 

Les sites pétroliers ne sont plus menacés 

Un feu qui s'éloigne aussi des sites pétroliers les plus sensibles, déclare encore Jacques Cardoze, l'envoyé spécial de rance 2 au Canada. La situation dans la province de l'Alberta reste toutefois très loin d'être complètement sous contrôle. Près de 2 000 km² sont partis en fumée en huit jours, soit vingt fois la superficie de Paris. 

Fort McMurray : un incendie aux conséquences écologiques et économiques 

Le gigantesque incendie a fait deux morts au Canada ce dimanche 8 mai. Les feux sont en perte de vitesse, mais ils sont proches d'importantes exploitations pétrolières, ce qui impactera toute l'économie du pays. 


Canada 

L'incendie est en perte de vitesse ce dimanche soir selon les autorités canadiennes. Les pompiers sont toujours à pied d'oeuvre pour ralentir "la bête" qui ravage la province de l'Alberta depuis une semaine. Un brasier d'une ampleur exceptionnelle comme en témoignent les images satellites. Le gouvernement canadien a annoncé ce soir la mort de deux personnes dans un accident de voiture pendant les évacuations de la ville de Fort McMurray. Après six jours et six nuits de combat, les pompiers sont démoralisés : "On fait tout ce qu'on peut pour sécuriser les maisons. On n'a pas le choix. On ne peut pas s'en aller et regarder les maisons brûler. On va continuer à faire tout notre possible", explique le capitaine des pompiers Adam Bugden. 

La production de pétrole stoppée 

Tous les quartiers de l'ouest de la ville ont été dévastés. 100 000 personnes ont été évacuées et ont trouvé refuge dans des centres d'hébergement. 200 000 hectares sont déjà partis en fumée et le feu se rapproche des raffineries pétrolières. L'Alberta exploite du pétrole non conventionnel : des gisements de sables bitumineux. Par précaution, la production s'est arrêtée. Outre la catastrophe humaine et écologique, cet incendie géant pourrait poser des problèmes économiques au Canada, 5e producteur mondial d'or noir. 

Francetv info du 8 mai 2016 

Incendie à Fort McMurray : la pluie et la fraîcheur offrent un léger répit aux pompiers

L'avancée des feux de forêts dans cette partie de l'Alberta (Canada) s'est ralentie, dimanche 8 mai 

Sur une autoroute près de Fort McMurray (Alberta, Canada), le 7 mai 2016. (COLE BURSTON / AFP) 

Un peu de répit pour les pompiers de Fort McMurray. Avec un peu de pluie et davantage de fraîcheur, l'avancée des feux de forêts dans cette région de l'Alberta, au Canada, s'est ralentie. "Le feu a progressé bien plus lentement"que prévu, a souligné dimanche 8 mai Rachel Notley, Première ministre de la province de l'Alberta. Dans un dernier bilan, la cellule de crise du gouvernement a estimé à environ 1 610 km² les superficies ravagées après une précédente estimation de 2 000 km2 quand les vents attisaient le feu samedi. 

Soulagé et plus souriant, le directeur du service des incendies a remercié la météo. "Grâce à mère nature (...) et grâce au travail acharné de tous les pompiers, nous avons pu contenir la plupart des lignes de feu à Fort McMurray", a-t-il déclaré. Sans être levée, la menace du feu s'est atténuée pour les installations des compagnies pétrolières au nord de la ville. Le chef du service des incendies parle de "dégâts mineurs" sur le site de Nexen, filiale du pétrolier chinois CNOOC. Les flammes ont également pu être maintenues aux abords des sites d'exploitation pétrolière.  

Cinq cents pompiers déployés dans la ville 

Un de ces exploitants pétroliers, Suncor, a annoncé dimanche avoir évacué de la région 10 000 personnes. La société a expliqué avoir protégé les abords de ses sites en dégageant de larges bandes de forêts et de broussailles, afin d'éviter les risques de propagation du feu. "Aucun actif de Suncor n'a subi de dommages", a précisé le premier groupe pétrolier canadien en indiquant préparer "la mise en oeuvre de son plan de reprise des activités" dès que la sécurité sera assurée et en fonction de la réouverture des oléoducs appartenant aux opérateurs. 

Les 500 pompiers déployés à Fort McMurray - sur les 1 400 qui combattent la quarantaine de feux dans la province -, s'attachent surtout à préserver les structures vitales (télécommunications, électricité, gaz, eau...), les écoles et les exploitations des sables pétrolifères. La Première ministre de l'Alberta a salué le travail des services de secours dans l'évacuation massive, rapide et"miraculeuse" des quelque 100 000 habitants de la ville et de ses alentours. 

Incendie au Canada : les autorités dépassées par un feu incontrôlable 

Des milliers de personnes ont été évacuées depuis le début de l'incendie qui a commencé il y a maintenant sept jours. Le feu reste incontrôlable et les autorités canadiennes semblent désarmées. 


Incendie au Canada : les autorités dépassées par un feu incontrôlable 

Le ministre de la Sécurité publique l'a affirmé, "la situation est hors de contrôle"L'incendie reste extrêmement dangereux. "On n’écarte pas d'ailleurs la possibilité de faire appel à des unités extérieures au Canada. Il y a pour l'instant environ un millier de pompiers qui luttent contre le feu, mais assurément, cela ne suffit pas", explique Jacques Cardoze qui se trouve au Lac La Biche au Canada. 

Un incendie qui pourrait durer des mois 

Les conditions météorologiques sont idéales pour la propagation du feu. "On attendait la pluie et pas du tout, c'est le vent qui s'est levé. Un vent tournoyant qui s'ajoute à des conditions idéales pour l'incendie puisque la forêt est très sèche, le temps est très sec. Et la situation ne devrait pas s'améliorer dans les prochaines heures, les autorités s'attendent à une propagation du feu. On parle même d'un incendie qui pourrait durer plusieurs mois si la pluie ne se mettait pas à tomber rapidement", conclut le journaliste. 

Incendie au Canada : plus de 20 fois la superficie de Paris réduite en cendre 

En direct du Canada, Frédéric Arnould revient sur l'ampleur du feu. 


Incendie au Canada : plus de 20 fois la superficie de Paris réduite en cendre

L'ampleur du feu qui se propage depuis plusieurs jours au Canada est saisissante. "C'est une saison des feux de forêt exceptionnellement précoce dans l'Alberta, une sécheresse sans précédent, et c'était vraiment le terrain idéal pour le déclenchement de ces feux de forêt", explique Frédéric Arnould, en direct des environs de Fort McMurray (Canada). 

Une question de mois 

"C'est impressionnant ici. On est découragé effectivement. Et puis surtout, on se demande comment en arriver au bout de cette fameuse "Bête", de ce monstre de feu", poursuit le journaliste de France 3. Et d'ajouter : "C'est quand même plus de 20 fois la superficie de la ville de Paris qui a été littéralement réduite en cendre. Et ça continue comme ça pour les prochaines heures et les prochains jours, donc c'est maintenant même pas une question de semaines pour éteindre le feu, mais une question de mois." 

Incendie au Canada : une semaine dans les flammes 

Les autorités de la province de l'Alberta évoquent des milliers de personnes évacuées. Cela fait déjà sept jours que les flammes progressent autour de Fort McMurray. 


Incendie au Canada : une semaine dans les flammes
 

Rien n'arrête les flammes. Ce brasier, les Canadiens lui ont trouvé un surnom : "la Bête". C'est dans les airs qu'on mesure son ampleur : plus de 50 foyers en même temps. Dans la région de Fort McMurray, les flammes ont déjà ravagé plus de 150 000 hectares de forêt et poussé 100 000 personnes à prendre la fuite. 

150 000 hectares de forêt détruits

Tout commence dimanche dernier avec un banal incendie au sud-ouest de la ville. Trois jours plus tard, il est déjà cinq fois plus grand. Les habitants des quartiers touchés doivent partir en quelques instants. "Les pompiers ne nous ont pas laissé le temps de prendre nos affaires, on a tout perdu", se désole une habitante évacuée, en larmes. Jeudi, c'est finalement toute la ville que les autorités décident d'évacuer. La fumée opaque est partout et les braises tombent jusque sur les pare-brises. Fort McMurray devient ville fantôme. Six jours et six nuits de combat. Éprouvé, ce pompier ne peut retenir ses larmes."On fait tout ce qu'on peut pour sécuriser les maisons. On ne peut pas s'en aller, on va continuer à faire tout notre possible", explique le capitaine Adam Bugden, pompier à Fort McMurray. Les autorités tentent désormais de protéger les exploitations pétrolières. 

VIDÉO. Incendie au Canada : sur la route de Fort McMurray 

France 2 vous emmène sur la route de Fort McMurray, à la rencontre de ceux qui fuient le brasier qui ravage l'ouest du Canada. 


Canada : sur la route de Fort McMurray
 

Depuis près d'une semaine, l'ouest canadien est confronté à des incendies titanesques. Pour atteindre Fort McMurray, il faut emprunter la route 63, une longue ligne droite dans les plaines de l'Alberta, une région réputée pour sa nature. Mais derrière les grands arbres, on distingue très vite le ballet incessant des moyens aériens. Sur le bas-côté, on imagine ce qu'ont pu être les évacuations menées dans l'urgence.  

Déjà 150 000 hectares partis en fumée 

Des véhicules abandonnés à leur propre sort, des paysages désolés... Le décor semble tout droit sorti d'un film. Chaque année, lorsque l'été approche, on recense plusieurs centaines de départs de feu, mais jamais l'ouest canadien n'avait été à ce point ravagé par les flammes. 150 000 hectares de terre sont déjà partis en fumée, c'est l'équivalent de 15 fois la superficie de Paris et ce n'est sans doute par terminé. 

Incendie de Fort McMurray : l'industrie pétrolière canadienne menacée 

Les pompiers l'appellent désormais "la Bête" ou "le monstre". Dans les heures qui viennent, près de 300 000 hectares auront brûlé dans le feu qui ravage, depuis une semaine maintenant, la province de l'Alberta à l'ouest du Canada. 


Incendie de Fort McMurray : l'industrie pétrolière menacée
 

Sur le front des incendies, les pompiers tentent sans relâche de ralentir l'avance de feux, toujours incontrôlables. Sept jours de lutte vaine qui commencent à démoraliser les troupes. Éprouvé, ce pompier ne peut retenir ses larmes. "On fait tout ce qu'on peut pour sécuriser les maisons. On ne peut pas s'en aller, on va continuer à faire tout notre possible", explique le capitaine Adam Bugden, pompier à Fort McMurray. 

Industrie pétrolière en suspens 

À Fort McMurray, tous les quartiers situés à l'ouest de la ville, largement dévastée, ont été évacués. Cela représente près de 100 000 personnes à ce jour. Les sinistrés ont trouvé refuge dans des gymnases aménagés. Leurs visages sont marqués par le désarroi et l'incertitude. "Est-ce que notre maison a résisté ? Et notre travail ? Où va-t-on vivre et avec quel argent ?", s'interroge en pleurs une habitante évacuée. L'incendie ne cesse de s'étendre et est même visible de l'espace. À ce jour, 200 000 hectares ont été emportés par les flammes, 100 000 de plus pourraient l'être dans les prochains jours. L’incendie se rapproche dangereusement des exploitations pétrolières. Par précaution, certaines compagnies ont cessé leur production. L’industrie pétrolière est aujourd'hui en suspens.

Ouest France du 6 mai 2016 

Canada: le centre de Fort McMurray pratiquement intact

canada 

Les quartiers périphériques davantage touchés par le feu que le centre-ville. | Reuters

"Le centre-ville n'a pas trop souffert, mais des quartiers périphériques ont, en revanche, subi d'importants dégâts après les incendies qui ravagent la région depuis lundi. 

« Le centre-ville est en grande partie intact, le central téléphonique également, l'hôpital est toujours debout et la station d'épuration a été remise en état », a déclaré Rachel Notley, la Première ministre de la province canadienne de l'Alberta, lors d'une conférence de presse."...

..."Une facture estimée à 9 milliards de dollars « Nous donnerons 1 250 dollars par adulte et 500 dollars par personne à charge, une aide à environ 80 000 personnes, des fonds qui seront versés avant mercredi prochain », a assuré Rachel Notley."...

2016_05_06_Ouest_France_Canada_Le_centre_de_McMurray_pratiquement_intact