Sud-Ouest du 11 février 2016 

Pays basque : les sauveteurs CRS n’arriveront sur la côte qu’après l’Euro 2016

Pays basque les crs Photo Archives B. Lapègue

Biarritz a écrit afin qu’on lui accorde trois CRS sur deux mois, plutôt que sept sur un mois

Ils ne surveilleront les plages qu'un mois, du 20 juillet au 22 août. Aux Villes de combler leur absence en attendant  

La missive, émanant du ministère de l'Intérieur, a été reçue en mairie le 18 janvier. Le document informe que l'été prochain, les CRS maîtres-nageurs sauveteurs ne surveilleront les plages que du 20 juillet au 22 août. L'été dernier, ils étaient là dès début juillet jusqu'à fin août, en renfort des MNS. Une décision prise en raison de l'important dispositif de sécurité relatif à l'Euro 2016, qui aura lieu du 10 juin au 10 juillet.  

Si la période de présence sur le littoral basque est réduite à un mois au lieu de deux, l'effectif des 26 CRS sauveteurs, à Hendaye (trois), Saint-Jean-de-Luz (dix), Biarritz (sept) et Anglet (six) devrait rester constant du 20 juillet au 22 août. A priori. Car, « quant à leur nombre pour 2016, indique la préfecture, c'est beaucoup trop tôt pour le connaître ». Une chose est sûre, à charge aux communes de débloquer les fonds pour assurer ces missions en leur absence.

2016_02_11_SO_Pays_Basque_Les_sauveteurs_CRS_n'arriveront_sur_la_côte_qu"après_l'Euro_2016

Sud-Ouest du 10 février 2016 

Landes : la surveillance des plages au régime sec l'été prochain

Landes la surveillance des plages Photo Archives L. Dequier

Les maires des différentes communes du littoral réfléchissent à un moyen d’organiser la surveillance de leurs plages.

"Comment organiser la surveillance des plages avec moins de dotations et des CRS qui ne seront plus présents qu’un mois ? Un casse-tête pour les maires, qui échafaudent divers scénarios.  

A la complexité de boucler un budget avec une baisse constante des dotations de l'État, les maires du littoral doivent ajouter une difficulté supplémentaire : organiser la surveillance des plages avec une présence des nageurs sauveteurs des CRS réduite à un mois. Raison invoquée : un besoin accru des forces de l'ordre pour l'Euro de football. Une année exceptionnelle, alors ? Pour la plupart des maires, il serait étonnant que l'État revienne en arrière, même en cas de changement politique. La prochaine étape consistera probablement à demander aux communes de payer le traitement des CRS venant sur les plages, ce qui signerait définitivement la fin de leur présence. Alors que faire dans cet entre-deux ? La préfecture demande actuellement aux maires de lui faire remonter le nombre de CRS qu'ils souhaitent cet été. Tous ont donc pris leur calculatrice et échafaudé des scénarios, qui diffèrent selon les communes, leur taille, leur histoire et leurs moyens."...

2016_02_10_SO_Landes_La_surveillance_des_plages_au_régime_sec_l'été_prochain