Dordogne : Une octogénaire décède dans l'incendie de sa maison - Sud-Ouest du 4 janvier 2014

La maison a été partiellement détruite par un incendie vendredi soir à Lempzours. Les secours ont découvert le corps sans vie de cette retraitée de 80 ans

Dordogne Une octogénaire décède dans l'incendie de sa maison Photo J. Guine

Le feu, d’origine encore indéterminée, serait parti de la cuisine

Ce vendredi, vers 23 heures, un incendie s'est déclaré dans une maison au lieu-dit Les tuileries, à Lempzours.

Le feu, d'origine encore indéterminée, serait parti de la cuisine de cette maison de 300 m² située en pleine campagne, dans un endroit isolé.

À l'intérieur, les secours ont découvert le corps sans vie de la propriétaire des lieux, une dame de 80 ans. Elle pourrait avoir été intoxiquée par les fumées.

Elle vivait seule dans cette maison depuis le décès de son compagnon il y a un peu plus de deux ans, selon le maire de la commune.

Gironde : Une maison incendiée la nuit du réveillon - Sud-Ouest du 6 janvier 2014

Les occupants sont indemnes mais ils ont tout perdu

Une maison incendiée la nuit du réveillon Photo J. Gaury

Le couple a découvert son habitation calcinée vers 2 heures du matin.

Une maison a été entièrement détruite par un incendie la nuit de la Saint-Sylvestre au lieu dit Ragon, sur la commune de Maransin. Le feu se serait déclaré vers 22 heures et les pompiers arrivés sur le lieu du sinistre n'ont rien pu faire pour sauver la bâtisse qui s'était largement consumée. Les secours et le maire, James Seynat, se sont d'abord inquiétés de savoir si les occupants étaient à l'intérieur. Mais l'absence de véhicule les a incités à supposer le contraire. Ce n'est que vers 2 heures du matin que le couple d'occupants locataires, Patrick Rousseau et Bernadette Marchand, qui rentrait de réveillon ont eu la stupeur de découvrir ce qui restait de leur habitation.

Une aide d'urgence

Tout avait brûlé, ils ne possédaient plus que les vêtements qu'ils avaient sur eux. Très vite, le maire, par le biais du Centre communal d'action sociale, leur a octroyé une aide financière d'urgence, et ils ont été relogés chez le propriétaire de la maison.

Actuellement, le couple est dans le désarroi le plus complet, ils ont pris contact avec l'association Le Lien de Libourne pour retrouver un logement et des associations caritatives, Croix-Rouge, Secours populaire pour avoir des vêtements, des meubles, etc.

Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour déterminer l'origine du sinistre.

Gironde : Lerm-et-Musset (33) : sa vie est partie en fumée, le village vient à son secours : Sud-Ouest du 10 janvier 2014

Raymond Rouchaléou, 80 ans passés, a tout perdu dabns l'incendie de sa maison, dimanche. Ses voisins se sont mobilisés pour lui venir en aide.

 

 

Lerme et Musset Sa vie est partie en fumée le village vient à son secours Photo S. Degruson

Raymond vient tous les jours s’occuper de ses poules et ses palombes rescapées du sinistre…

C'est toute une vie qui est partie en fumée dimanche matin, au cours d'un incendie qui a détruit cette maison située au lieu dit Taves, sur la commune de Lerm-et-Musset.

Raymond Rouchaléou est né juste à côté et a été adopté à 7 ans par les métayers qui exploitaient la grande propriété. Il n'a jamais quitté la maison depuis…

Locataire et retraité depuis vingt ans, après avoir été employé à la scierie Pouchet, il est resté célibataire, mais pas sans amis.

Et dimanche midi, un incroyable élan de solidarité s'est installé autour du courageux octogénaire dont la maison venait de disparaître en fumée. Les voisins du bourg ont paré à l'essentiel, le maire a organisé le reste, la propriétaire a accueilli chez elle son locataire…

Raymond a dû accepter l'inacceptable, de voir sa vie partir en fumée. Non qu'il ait des biens de grande valeur. Dans cette maison, outre ses meubles perdus, ce sont des décennies de souvenirs qui se sont envolées : pas un déménagement pour faire le tri, pas un enfant pour récupérer la vaisselle ou un meuble des anciens… Tout est parti d'un coup.

Raymond s'occupait de ses chères palombes, à deux pas de la maison, lorsqu'il a entendu une explosion ce dimanche. Revenu sur ses pas, il a vu de la fumée et, en ouvrant la porte pour libérer le chien, il n'a eu que le temps de reculer car toute la maison s'est embrasée…

Malgré leur rapide intervention, les pompiers n'ont pu arroser que des décombres. Le mal était fait.

Ce jeudi matin, Raymond regarde sa montre, dernier vestige de sa vie d'avant. Elle a désormais, à elle toute seule, valeur de souvenir…

Il reste philosophe et essaye de s'occuper de ce qu'il lui reste, à l'extérieur des ruines encore fumantes : les poules et les palombes. Le chien est resté à Bommes, il ne l'amène plus : il risquerait de partir chasser loin des ruines.

Pendant ces quelques jours, le petit bourg n'est pas resté de marbre face à sa situation. Dès dimanche, Michel Darguence, le maire, organisait l'aide à son administré. Sur le panneau d'affichage de la mairie et dans le commerce du village, une affiche demandait aux Lermois de l'aide pour les premiers besoins de Raymond : des vêtements à sa taille, pour commencer…

L'affiche va être retirée : les dons ont afflué et Raymond pourrait bientôt ouvrir boutique ! Il faut maintenant penser aux prochains mois et cela risque d'être bien long pour lui…

Après quelques jours, il faut bien imaginer l'après-urgence : Raymond Rouchaléou ne pourra pas éternellement faire l'aller-retour quotidien depuis Bommes, même si sa propriétaire s'est montrée très accueillante. Sa vie est à Taves et pas ailleurs.

L'octogénaire est vaillant et courageux mais il attend désormais que les experts et les assureurs lui donnent une réponse rapide et humaine. Il a refusé l'hôtel, incompatible avec la vie d'un homme de la campagne et ses animaux.

Le maire espère que l'assureur va pouvoir mettre à disposition, au plus vite, un mobil-home sur le grand terrain, en le raccordant à la fosse septique accessible facilement.

En attendant, il a installé une cuisine de fortune dans la grange. Une subvention de 1 000 euros lui permettra d'acheter une gazinière et un réfrigérateur, pour y passer quelques heures par jour. Seulement, ce provisoire ne pourra durer bien longtemps.

Gironde : Pessac 33 : L'entrepôt de Plastic Omnium détruit par un incendie - Sud-Ouest du 11 janvier 2014

 

Le feu s'est déclaré ce samedi en début d'après-midi

Pessac 33 l'entrepôt de Plastic Omnium détruit par un incendie Photo envoyée par un internaute

L'entrepôt de l'entreprise Plastic Omnium, situé rue Claude-Chappe à Pessac, qui produit des bacs plastiques de collecte d'ordures ménagères, a été complètement ravagé ce samedi après-midi par un incendie qui s'est déclaré à 14h06.

26 véhicules de pompiers et une cinquantaine de sapeurs se sont déplacés pour maîtriser le sinistre, qui ne s'est pas propagé aux alentours de l'entrepôt.

Selon les premiers éléments de l'enquête, aucune pollution n'a été constatéeAucune victime n'est à déplorer, l'établissement n'étant pas en activité le week-end.

Charente-Maritime : Lagord (17) : Une boulangerie ravagée par le feu 

L'incendie a pris ce lundi soir et s'est propagé à deux appartements à l'étage

Lagord 17 une boulangerie ravagée par le feu Photo illustration E. Drouinaud

La boulangerie située 1, rue des Cerisiers, à Lagord, s'est entièrement embrasée ce lundi, vers 21h30. L'origine du feu n'est pour l'heure pas connue. Même si l'incendie est éteint, les pompiers se trouvent toujours sur place pour vérifier qu'il ne reprenne pas.

Les flammes se sont propagées à deux appartements situés à l'étage. Trois lances ont été déployées, dont une sur échelle. La pizzeria attenante a été touchée par les eaux d'extinction.

Deux personnes ont été légèrement intoxiquées et conduites à l'hôpital.