Sud-Ouest du 21 août 2013

Y a-t-il quelqu'un pour garder le feu ?

Un incendie a eu lieu dimanche. Il pose le problème de la garde du feu.

Y a t il quelqu'un pour garder le feu Photo Archives O. E.

Le maire a écrit au sous-préfet pour avoir des réponses.

Jean-Claude Lassalle, le maire de Cazalis, a tout prévu. Depuis l’incendie de dimanche, il a mis en place un planning. Par roulement, les volontaires se relaient à la surveillance du lieu du sinistre, pour éviter tout redémarrage. Pourtant, la petite commune se sent « abandonnée ».

Dimanche, aux alentours de 4 heures le matin, un feu de forêt se déclenche à Cazalis, sur la piste de la Saucié, pour une raison encore inconnue. Quelques hectares partent en fumée mais les soldats du feu, arrivés en nombre pour éviter toute propagation, viennent rapidement à bout du sinistre.

Depuis, une surveillance constante est nécessaire en raison de la sécheresse actuelle. Elle échoit à la mairie.

Une surveillance limitée

Les pompiers doivent être disponibles pour d’autres urgences. Jean-Claude Lassalle doit assumer la responsabilité de la garde du feu. Le maire se tourne vers l’association de Défense des forêts contre l’incendie (DFCI). Une pompe à eau est mise à disposition de Cazalis à Préchac, mais le problème reste entier. « L’employé communal ne possède pas le permis poids lourd nécessaire à son acheminement sur la zone. »

La municipalité est contrainte de se reposer sur le bon-vouloir des Cazalisiens. Des retraités, des chasseurs se portent volontaires pour surveiller le feu. « Nous manquons de personnes. Nous avons été contraints d’accepter un homme de 80 ans. » L’incendie a eu lieu au cœur des bois, dans une zone où le téléphone portable ne passe pas. En cas de redémarrage, les volontaires doivent parcourir plusieurs kilomètres pour revenir donner l’alerte au village.

Face à la situation, Jean-Claude Lassalle, déjà confronté aux mêmes problèmes lors d’un précédent sinistre, a alerté la sous-préfecture de Langon.

Cazalis