Sud-Ouest du 7 août 2013

Noyades : La série noire continue... 3 morts

Deux hommes et une femme se sont ajoutés hier au lourd bilan de cet été.

Jeudi dernier, Didier et Marie-France Desplat partent se baigner sur une des plages sauvages de Vendays-Montalivet avec leurs deux filles, de 12 et 17 ans. Le drapeau est jaune, pourtant l’océan ne paraît pas plus dangereux que d’ordinaire. Mais, dans l’eau, le courant d’une baïne entraîne le couple et leur plus jeune fille au large. Le père réussit à sauver cette dernière, mais pas son épouse. Les sauveteurs ne parviennent pas à la ranimer. Transférée à l’hôpital Pellegrin, à Bordeaux, elle est finalement morte le lendemain, comme on l’a appris hier.

Un scénario tristement classique cet été, en Aquitaine comme ailleurs. Plus de 90 personnes se sont noyées en France depuis le début du mois de juillet. Un danger qui ne se limite pas au littoral, loin de là. Hier après-midi, un homme de 79 ans s’est noyé dans un plan d’eau de Marcillac-la-Croisille, en Corrèze. Il est décédé, probablement à la suite d’un malaise, malgré l’intervention rapide d’un maître nageur qui se trouvait à proximité.

Il ne savait pas nager

Enfin, dans la nuit d’avant-hier à hier, c’est un jeune homme de 23 ans qui est mort après être tombé d’une barque sur le réservoir de Cercey, en Côte-d’Or. Il s’y trouvait avec deux autres jeunes gens vers 3 heures du matin quand l’embarcation a chaviré, à une cinquantaine de mètres du bord. Ses camarades ont pu regagner le rivage. Alcoolisé et ne sachant pas nager, lui n’y est pas parvenu.

Le Snep-FSU, le syndicat majoritaire des professeurs de sport, pense avoir trouvé une raison à cette série noire. Dans un communiqué, il a déploré hier les noyades, pointant du doigt le manque de piscines en France. « Un Français sur cinq ne sait pas nager » - plus exactement 21 % des 15-85 ans, selon le baromètre santé 2010 de l’INPES. Et tout cela « faute de lieux d’apprentissage à la hauteur des besoins de l’ensemble de la population ».

Faits divers