Sud-Ouest du 31 juillet 2013

Un avenir incertain pour les MNS-CRS du littoral

Pour garantir la présence des MNS-CR sur les plages, le syndicat de policiers milite pour la signature d'une convention triennale entre l'Etat et les collectivités.

Un avenir incertain pour les MNS CRS sur le littoral Photo J. Lestage

Marc Lesage et Philippe Capon, de l'Unsa Police, venus défendre la présence des MNS-CRS

"Ils ont la double casquette. Policiers et sauveteurs nautiques. Ce qui n’est pas pour déplaire aux maires des stations balnéaires. Début juillet, 56 MNS-CRS se sont déployés sur les plages du littoral girondin. Ils assurent l’encadrement des postes de secours - une dizaine au total entre Soulac et La Teste - jusqu’à début septembre."

"Depuis 2001, date de leur retour sur le littoral (en remplacement des pompiers sur les plages), l’effectif des MNS-CRS n’a cessé d’être diminué et leur saison raccourcie. L’Unsa Police milite pour que cette spécialité nautique soit maintenue."

"Toujours dans le domaine de la surveillance des plages, l’Unsa pousse sur le dossier d’une présence des MNS-CRS sur les périodes dites de hors saison. « À proximité du littoral girondin, nous avons trois compagnies de CRS qui peuvent fournir des effectifs. Sur les gros week-ends, il est possible d’organiser des patrouilles pour prévenir les noyades. » Marc Lesage assure qu’un tel « déclenchement » est réalisable. « D’autant plus que ces compagnies sont assez bien pourvues en policiers sauveteurs. »"

"Rappelons qu’en novembre 2012, les maires des stations balnéaires avaient défendu bec et ongles cette spécialité des MNS-CRS, qui avait l’objet d’une critique de la Cour des comptes."

2013_07_31_SO_Un_avenir_incertain_pour_les_MNS_CRS_du_littoral