Gironde Vigilante soutient les maires du littoral.

 

Le bureau de Gironde Vigilante juge les recommandations de la Cour des comptes sur la surveillance des plages totalement inadmissibles en matière de sécurité pour notre littoral.

Après la suppression d'un bon nombre d'effectifs de sapeurs-pompiers dans nos casernes rurales par le Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS), la non-prise en charge gratuite par celui-ci de certaines interventions comme la destruction des nids de frelons asiatiques, c'est maintenant la surveillance des plages par les CRS qui est remise en cause. C'est, en tous les cas, ce que laisse entrevoir la Cour des Comptes dans un rapport, où elle épingle « le recours aux MNS-CRS pour la surveillance des plages en période estivale » jugeant ce dispositif irrégulier et inéquitable et relevant de la responsabilité des communes.

Mais où va-t-on ?

Tous les ans, la surveillance de nos plages par ces professionnels est réduite, soit en effectifs, soit en durée, obligeant de nombreuses communes à avoir recours à des sauveteurs civils, à leurs frais, bien entendu.

Quelle est la signification de « CRS » : Il s’agit bien du sigle désignant les Compagnies Républicaines de Sécurité. Or, la sécurité, c'est l'absence ou la limitation des risques.

La cour des comptes nous indique d'ailleurs que ces forces mobiles CRS sont chargées d'assurer des missions de maintien de l'ordre et de sécurité publique.

Les CRS remplissent donc tout-à-fait leur rôle en surveillant nos plages l'été, et Gironde Vigilante ne peut que soutenir les Maires de nos communes littorales qui s'insurgent contre leur éventuelle absence l'été prochain.

Il est inadmissible que les communes soient obligées d'assurer les manquements de l’État. Ce dernier doit faire des économies !? Certes, mais pas au détriment de la sécurité des citoyens.

Les communes règlent déjà des notes de plus en plus élevées au SDIS pour de moins en moins de services, elles ne peuvent en aucun cas ajouter des dépenses supplémentaires pour pallier l'absence des CRS sur nos plages en période estivale.

Mesdames et Messieurs de la Cour des Comptes, n'oubliez-pas que les populations urbaines se déplacent en période estivale et qu'il est tout-à-fait logique que les unités chargées de leur sécurité en fassent de même, ainsi il n'y a pas double dépense.

L’État se désengage un peu plus chaque jour de ses missions régaliennes, mais nous ne pouvons en aucun cas le laisser démissionner en ce qui concerne la sécurité des biens et des personnes, sinon demain, les communes se verront dans l'obligation de faire régler aux touristes un droit de péage pour accéder à leurs plages afin de faire face aux frais supplémentaires qu'elles devront engager pour leur sécurité.

Il serait grand temps que l’État reprenne ses responsabilités et cessent enfin de se décharger sur les communes, elles ont déjà suffisamment à faire avec de moins en moins de moyens. Certaines voient leur population multipliée par 20 en période estivale.

Les maires du littoral peuvent compter sur le soutien indéfectible de Gironde Vigilante pour les aider à conserver la présence des renforts de CRS sur nos plages.

Le Bureau de Gironde Vigilante