Médecin régulateur du Samu poursuivi : il reconnaît "s'être trompé de diagnostic"

A Bordeaux ce vendredi, un médecin régulateur d'un centre 15 comparaissait en correctionnelle pour n'avoir pas su gérer l'appel d'une patiente.

Le docteur régulateur reconnait son erreur Photo P. Bernard (AFP)

Bernard Plédran, un docteur-régulateur du Samu de Gironde accusé d'avoir refusé de prendre en charge en décembre 2007 une patiente se plaignant de douleurs dorsales et décédée dans la foulée d'une rupture de l'aorte, répond aux questions des journalistes le 13 janvier 2012 au palais de justice de Bordeaux. Six mois de prison avec sursis ont été requis ce jour devant le tribunal correctionnel de Bordeaux contre Bernard Plédran. Poursuivi pour non-assistance à personne en péril, le Dr Plédran a reconnu à la barre "s'être trompé de diagnostic".

Le procureur de la République Jean-Louis Rey a requis ce matin 6 mois avec sursis et une peine d'amende à l'encontre du Dr Bernard Pledran, l'ancien médecin régulateur du centre 15 de la Gironde.

Le 5 mars 2007, ce généraliste de permanence au SAMU poursuivi pour non assistance à personne en péril n'avait pas pris au sérieux les appels au secours d'une sexagénaire de Biganos qui se plaignait de douleurs thoraciques.

Le Dr Plédran a reconnu à la barre "s'être trompé de diagnostic"

Celle-ci était décédée dans la nuit des suites d'une rupture de l'aorte.

C'est le comportement du médecin et non son erreur de diagnostic qui sont à l'origine de son renvoi devant le tribunal correctionnel qui devrait mettre sa décision en délibéré au 20 janvier.

Faits divers. Biganos. Bordeaux