Le 5 décembre 2007, Madame LACOSTE contacte par 2 fois le Centre 15, malgré la description de ses symptômes le Médecin régulateur du Centre 15 ne juge pas nécessaire de dépêcher le médecin de garde au domicile de la patiente. Il lui répond :

"Le gouvernement a organisé la pénurie en docteurs, maintenant on la prend en pleine gueule, donc il n'y a plus de médecin. Il faut vous habituer à ce qu'il n'y ait plus de médecins n'importe quand, n'importe où, pour n'importe quoi. » Il lui conseille ensuite de prendre un efferalgan.

Ce n'est qu'après le coup de téléphone d'un sapeur-pompier volontaire que le Centre 15, enverra enfin une ambulance privée.

Malheureusement Madame LACOSTE décèdera 45 minutes plus tard des suites de la rupture de son aorte.

le SAMU avait mal répondu Photo T. David

Le centre 15, plate-forme téléphonique rattachée au Samu, gère l'urgence médicale en Gironde depuis 1991.

SO_du_12_janvier_2012_Le_régulateur_du_SAMU_avait_mal_répondu 

Depuis sa création Gironde Vigilante dénonce la réorganisation des secours à la personne dans notre département et plus particulièrement en ruralité. Malheureusement la situation vécue par la famille de Madame LACOSTE n'est sans doute pas isolée. Vos témoignages en sont la preuve et les réponses fournies par le 15 a certains patients démontrent que seul un examen médical du patient est nécessaire pour ne pas commettre d'erreur. Il est vrai que parfois on s'affole pour rien mais si cette famille avait pu directement contacter un médecin de garde ou les pompiers, ils auraient pu juger de la gravité de l'état de santé de Madame LACOSTE et elle serait sans doute toujours parmi les siens. De plus, les solutions proposées par l'opérateur semblent souvent dérisoires ou inadaptées : Prenez un efféralgan ou, il n'y a pas d'ambulance disponible, rendez-vous par vos propres moyens aux urgences les plus proches de votre domicile. L'opérateur ne cherche pas à savoir si la personne peut le faire, c'est ce qu'elle doit faire. La famille LACOSTE a raison de porter plainte pour dénoncer un système inadapté au secours à la personne. Il existe certainement d'autres cas de dysfonctionnement du centre 15, avec pour conclusion le rétablissement du patient ou parfois son décès. S'il se rétablit, la famille heureuse de ce dénouement oubliera vite cet épisode, dans l'autre cas, accablée par le chagrin, celle-ci ne portera pas plainte. Réagissons pour faire changer les choses.

                                        Christiane AUCANT, Secrétaire de Gironde Vigilante