COMPTE-RENDU DE LA TROISIEME ASSEMBLEE GENERALE

DU 26 NOVEMBRE A 18H00 A CARCANS

I - Accueil par le représentant de Monsieur Henri SABAROT, Maire de Carcans, Monsieur Jean-Francis SEGUY.

Nous sommes heureux de vous recevoir à notre 3ème Assemblée Générale

Tout d’abord, je tiens à remercier les Elus et les Adhérents qui, malgré les températures hivernales ont fait le déplacement jusqu’à Carcans. Je remercie tout particulièrement Monsieur Patrice BEUNARD, Président du SNSPP (Syndicat National des Sapeurs-pompiers Professionnels) qui est parmi nous ce soir.

Plusieurs personnalités ne pouvant assister à cette Assemblée se sont faits excuser :

-     Le SDIS

-         Madame Marie-Hélène DES ESGAULX, Sénatrice et Maire de Gujan-Mestras

-         Madame Pascale GOT, Députée du Médoc

-         Monsieur Pierre AUGER, Conseiller Général et Maire de Fargue de Langon

-         Monsieur Christian GAUBERT, Maire de Lanton

-         Madame DE FRANCOIS, Maire de Parempuyre

-         Monsieur Michel DUFRANC, Maire de La Brède

-         Monsieur BOSSET, Maire de Bazas

-         Monsieur Thierry TENAU, Président de « Survivre sur la 1215 »

Nous ne pouvons commencer notre Assemblée Générale sans avoir une pensée émue pour notre ami Jean-Marie LOUBANEY, Sapeur-pompier professionnel, qui nous a quitté dramatiquement il y a quelques semaines à l’âge de 53 ans. Toutes nos pensées vont à ses proches et, en son honneur, nous allons faire une minute de silence…

Merci.

L’Ordre du Jour de notre Assemblée Générale :

-         Mot du Président de Gironde Vigilante

-         Rapport moral par Jean-Francis SEGUY

-         Rapport financier par Pierre ALLEGRIER

-         Intervention de Jean-Michel MEROLA

-         Intervention d’André-Yves GIRAUDAU

-         Renouvellement de la totalité du bureau

-         Parole aux Elus

-         Parole à l’assistance

-         Remerciements du Président

Que s’est-il passé depuis notre dernière Assemblée Générale du 23 octobre 2009 ?

Lors de celle-ci, nous avons distribué aux participants notre feuille de chou et ce ne fut pas sans conséquence. L’article « Analysons le drame de BAZAS », valu à notre Président Jacky COSTES, à l’un de nos Vice-présidents, André-Yves GIRAUDAU et à notre Secrétaire Jean-Francis SEGUY, une nouvelle plainte déposée par le SDIS 33. Celui-ci ne lésine pas avec l’argent du contribuable.

Bien que muselée par le procès en cours, Gironde Vigilante, contrainte de ne pas organiser de réunions, n’a pas baissé les bras. Les reports perpétuels des audiences au Tribunal de Grande Instance de Bordeaux ne pouvaient que nous conforter dans notre action même si nous risquions d’autres mises en examen. Nous taire nous condamnait ainsi que notre Association.

(Annexe 1, annexe 2A et annexe 2B)

En tant que Secrétaire de Gironde Vigilante, dès l’annonce de notre nouvelle mise en examen pour diffamation en décembre 2009, j’ai adressé un courrier à Monsieur Alain DAVID, Président du SDIS 33 afin de lui demander une audience pour pouvoir discuter entre personnes de bonne intelligence de cette nouvelle plainte contre nous.

Celui-ci a souhaité attendre le résultat de la nouvelle audience du procès qui était fixée au 5 février 2010, mais ne refusait pas de nous recevoir.

(Annexe 3 et annexe 4)

Le 20 janvier 2010, nous avons adressé un courrier à Monsieur Brice HORTEFEUX, Ministre de l’Intérieur (Annexe 5)

Le 5 février réponse de Monsieur De la HAYE JOUSSELIN, Chef Adjoint au Cabinet du Ministre de l’Intérieur (Annexe 6)

Une fois de plus l’audience du 5 février fut repoussée au 16 avril

Mi-février 2010, Gironde Vigilante adressait à toutes les têtes de liste pour les élections régionales un courrier afin de connaître leurs intentions concernant le service d’incendie et de secours de la Gironde. Chaque candidat nous a répondu et fait part de leur soutien à notre action (Annexe 7, annexes 7A à 7F)

En mars, nous avons distribué des tracts pour informer la population de nos actions et les inviter à prendre part au rassemblement que nous organisions pour l’audience au TGI de Bordeaux du 16 avril. Nous avons également fait signer une pétition aux personnes qui le souhaitaient. Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez, vous aussi, y apporter votre signature. Vous trouverez les imprimés à l’entrée (Annexe 8, 8A)

Le 31 mars 2010, nous adressions un courrier aux Maires (Annexe 9 et annexe 10)

Le 16 avril, un bus fut affrété pour nous rendre au rassemblement organisé devant le TGI de Bordeaux et je tiens à remercier les Elus et les Adhérents qui nous ont apporté leur soutien en venant. Nous remercions tout particulièrement Pierrot ALLEGRIER pour l’organisation de notre déplacement.

Petit compte rendu de l’audience… (Annexe 11)

La délibération sera fixée au 4 juin.

Le 8 mai, nous avons organisé une soirée détente qui, grâce à vous, a été un franc succès et a touché tout particulièrement notre Président. Merci au Comité des Fêtes de Carcans pour son aide et à tous ceux qui sont venus.

Le 4 juin, le verdict tombe, Jacky COSTES, André-Yves GIRAUDAU et tous les autres justiciables sont relaxés. Ce n’est pas un non-lieu, c’est une véritable victoire qui nous conforte dans notre action (Annexe 12)

C’est pourquoi dès le 18 juin nous demandions une audience au Président du Conseil Général. Nous ne vous cachons pas que l’approche des  élections cantonales et la rumeur de notre possible candidature à celles-ci ont certainement pesé dans la balance et influencé la réponse du Conseil Général (Annexe 13)

La rencontre fut fixée au 20 juillet dernier.

Lecture du Compte-rendu de la réunion avec le Conseil Général (Annexe 14)

Le 26 juillet, suite à notre entretien avec Philippe MADRELLE et sur ses conseils, nous demandions un rendez-vous à Monsieur Alain DAVID, Président du SDIS 33, puisque celui-ci, en janvier 2010, nous avait laissé entendre qu’il ne refusait pas de nous rencontrer une fois le procès terminé (Annexe 15)

Sur les mêmes conseils nous avons également demandé une audience à Monsieur SCHMITT, Préfet de Gironde (qui à ce jour n’a toujours pas répondu à notre requête) (Annexe 16).

Par contre nous avons eu une réponse positive du SDIS 33 et donc, le 8 octobre dernier, rencontre d’une petite délégation de Gironde Vigilante avec Monsieur Alain DAVID et son Directeur Départemental, le Colonel DECELLIERES. Il semble pour le moins évident que Monsieur DAVID a reçu un petit coup de fil de Philippe MADRELLE.

Lecture du Compte-rendu de la réunion avec le SDIS 33 (Annexe 17)

Le 9 octobre, Monsieur BOSSET, Maire de Bazas, nous recevait, en toute amitié, dans sa commune pour fêter notre honneur retrouvé face au SDIS 33 (Annexe 18, Annexe 18A)

Le 5 novembre dernier, nous avons adressé un courrier au SDIS 33 concernant l’organisation et la planification de nos futures réunions bimestrielles (Annexe 19)

Lors de ces réunions bimestrielles, nous ferons part de nos remarques, de nos inquiétudes, et de nos propositions au SDIS 33. C’est pourquoi, nous demandons aux Adhérents de porter à la connaissance de leurs Elus, les dysfonctionnements qu’ils auront pu constater afin que ceux-ci puissent nous en informer et soulever les questions qui vous préoccupent. Pour que notre action soit efficace, il faut une collaboration de tous et des propositions constructives pour deux documents de références qui sont le SDACR et le Règlement Opérationnel.

Un autre point que nous devons abordé et qui n’est pas des moindres, c’est le service des urgences de Lesparre. En été 2009, le docteur FERRACCI avait déjà pointé du doigt le problème du dysfonctionnement du service des urgences, ce qui lui valu une mise à pied. Aujourd’hui, la situation est plus qu’inquiétante.

Le service des urgences n’est plus assuré que par un médecin urgentiste titulaire. Si celui-ci doit partir sur une intervention avec le SMUR, ce sont deux internes en médecine qui assureront le service. Il n’y aura donc plus de Médecin urgentiste (Annexe 20)

Lecture du mail de Madame Pascale GOT, Députée du Médoc, en date du 13 novembre 2010 (Annexe 21)

Lecture d’un témoignage bouleversant concernant les dysfonctionnements du Centre 15  (Annexe 22)

Réaction d’un Maire face à l’attitude du SDIS 33 suite à la tempête XYNTHIA (Annexe 23)

Nous vous rappelons que nous possédons un site internet : girondevigilante.canalblog.com ou vous pouvez retrouver nos dernières démarches et, si vous le souhaitez, nous laisser un message (voir vos commentaires et nos réponses sur notre site)

Conclusion :

2010 a été une année chargée pour Gironde Vigilante, 2011 le sera également en serait-ce que par les rencontres bimestrielles auxquelles nous participerons avec le SDIS 33.

Soyez assurés que nous continuerons à travailler jusqu’à ce que nous atteignions nos objectifs.

Vous pouvez compter sur notre association.

II - Intervention de Jean-Michel MEROLA

Il aborde 3 points :

-         La loi de départementalisation de 1996 qui avait pour but de mettre tous les moyens en commun puis on les répartissait sur l’ensemble du département avec une bonne pyramide.

-         Le Schéma d’Analyse et de Couverture des Risques (SDACR). La couverture des risques sur le département de la Gironde porte plus particulièrement sur les feux de forêt, le secours à personnes, risques maritimes (plages), industriels, routiers, ferroviaires, chimiques, radioactifs. Pour cet ensemble de risques, il est démontré que tous les centres de secours existants sont indispensables pour assurer correctement cette couverture. Des départs immédiats s’imposent avec des personnels de garde et non en astreinte, pour limiter les délais d’intervention.

La réorganisation, la modification du temps de travail, la mise en astreinte de Sapeurs-pompiers professionnels et volontaires la nuit, les week-ends et les jours fériés modifient très sensiblement les délais d’intervention voire les chances de réussite des opérations. Le règlement Opérationnel Départemental ne fait qu’aggraver cette situation.

-         Règlement Opérationnel Départemental (ROD). Le règlement précise la mise en astreinte des personnels, les nuits, les week-ends et les jours fériés, des départs de secours à 4 dans les engins d’incendie pour feu, des départs en mode dégradés, avec des départs en prompt secours en 10 ou 15 minutes. Les secours nautiques ont été supprimés sur les plages, sur le Bassin d’Arcachon une embarcation obsolète, pas adaptée aux sauvetages, aucun moyen d’extinction alors que certains bateaux transportent de 50 à 150 passagers. Le ROD est signé par le Préfet, c’est un arrêté départemental, ils sont donc couverts. Le SDIS a une gestion technocrate.

Enfin, Jean-Michel MEROLA cite 2 exemples concrets :

-         Un feu de poubelles à DIJON a fait 7 morts et 11 blessés

-         Dans la couronne parisienne, un feu de compteur électrique a fait 13 morts

Comment peut-on assurer les sauvetages, les reconnaissances et l’extinction à 4 Sapeurs-pompiers ?

Enfin, il termine en posant la question : Pourquoi modifier ce qui a fait ses preuves en mettant en cause la sécurité des personnes, des biens et des sauveteurs ?

De plus, concernant le volontariat, Jean-Michel MEROLA précise que Gironde Vigilante est pour les volontaires. Malheureusement on les écoeure par trop de sollicitations. Avant, un volontaire restait en moyenne une quinzaine d’années, aujourd’hui il part au bout de cinq ans.

III - Intervention d’André-Yves GIRAUDAU

Il parle chiffres et plus particulièrement du contingent incendie d’une commune qu’il connaît bien BAZAS et de ses 4875 habitants.

La commune a vu sa participation augmenter de plus de 15% en 2001 mais aussi en 2002.

Depuis le début de la départementalisation jusqu’en 2010 cette augmentation atteint plus de 56% pour des secours de moins en moins performants.

Le budget du SDIS est de 78 millions d’euros donnés par le Conseil Général.

Cela revient à 108€ par habitant.

Dans le secteur Sud Gironde, l’autoroute A65 qui relie BORDEAUX à PAU ouvre le 16 décembre prochain. Elle drainera  en moyenne 9000 véhicules par jour et jusqu’à 11000 véhicules en été.

Il faut savoir que BAZAS travaille en 12 heures jour week-ends et jours fériés, avec un effectif de 6 à 8 agents. La nuit,  les Sapeurs-pompiers volontaires (SPV) d’astreinte à domicile prennent le relais.

CAPTIEUX travaille en 10 heures jour, avec un effectif de 4 agents, sauf la nuit, les week-ends et les jours féries (SPV d'astreinte à domicile).

IV - Intervention de Pierrot ALLEGRIER 

Il fait son rapport financier et indique le solde du compte de Gironde Vigilante, frais de justice, d’assurance, de banque, postaux, administratifs, d’organisation de la soirée déduits : 1 976,25€.

V – Renouvellement de la totalité du bureau

Jean-Francis SEGUY indique que l’ensemble du bureau est renouvelable et qu’il se représente pour continuer le travail commencé.

Vote de l’assemblée : aucun vote contre, aucune abstention.

Jean-Francis SEGUY remercie l’assemblée pour son unanimité.

VI – Paroles aux Elus

Jean-Francis SEGUY remercie Monsieur Patrice BEUNARD, Président du SNSPP et Conseiller Municipal à ARCACHON d’être parmi nous.

Patrice BEUNARD remercie d’avoir été invité ailleurs que devant le tribunal. Il précise combien cela été difficile pour lui de passer chez les gendarmes puis devant le juge d’instruction qui vous annonce que vous êtes mis en examen surtout lorsque l’on est élu et que c’est votre patron qui vous met devant la justice.

Il rend hommage à l’ensemble des Sapeurs-pompiers professionnels et volontaires. Il y a beaucoup d’interventions qui fonctionnent bien. C’est décevant pour eux quand ils lisent dans les journaux que le SDIS ne va pas bien.

Patrice BEUNARD demande aux Elus de venir voir le SNSPP et de ne pas hésiter à poser des questions.

Un point l’a rassuré lorsqu’il était au Tribunal, c’est que le procès fut qualifié d’imbécile en pleine audience de la bouche de l’avocat. Le Procureur a reconnu qu’il était ridicule de se retrouver dans cette enceinte.

Alain DAVID et le Colonel DECELLIERES n’ont pas le monopole de l’honneur des Sapeurs-pompiers. On a des rancoeurs concernant cette situation. En 2004 une motion fut rédigée parce qu’ils avaient osé dire que le SDIS ne fonctionnait pas bien. Des mesures ont été prises contre eux. C’est détestable. Il reste du chemin à faire.

Les prochaines élections cantonales peuvent servir à faire entendre aux candidats les dysfonctionnements du SDIS.

Patrice BEUNARD renouvelle ses remerciements et précise que le combat sera dur et long et qu’il laissera des traces. En hommes libres, ils veulent obtenir le dialogue auprès du Conseil d’Administration du SDIS.

Le SNSPP a initié le combat en 2004, grâce à Gironde Vigilante, on a pu déborder, on a pu dire ce qui se passait vraiment et permettre aux gens de faire bouger les choses.

Ce n’est pas gagné, mais grâce à vous, on pourra continuer le combat. 

Jean-Francis SEGUY donne la parole à Monsieur MARIOT qui tient à féliciter tous les pompiers sauf les Colonels. Il trouve l’organisation malsaine. Peut-être y aurait-il des emplois de complaisance ? Pourquoi ne pas déposer plainte ? 1 Colonel vaut bien 3 ou 4 Sapeurs-pompiers. Il faudrait faire une étude comparative.

Réponse de Jean-Michel MEROLA : Ils ont le droit de mettre autant de monde. Ils sont au maximum.

Madame Marie Delhia DEJEAN, Conseillère Municipale à CARCANS demande s’il existe un ratio par rapport à la CUB en milieu rural ?

Réponse de Jean-Michel MEROLA : Tous les ratios sont déficitaires. La CUB est déficitaire et la ruralité deux fois plus déficitaire. Dans la CUB il y a des industries SEVESO. Les gens de la ruralité vont travailler sur la CUB.

En ce qui concerne la polyclinique de LESPARRE, ils veulent la rénover, mais à quoi cela servira-t-il, s’il n’y a pas de personnels ?

Jean-Marie FERON, Maire de SAINT-LAURENT MEDOC, félicite l’ancien nouveau bureau et revient sur l’article. On rouspète contre la nouvelle organisation mais les pompiers n’y sont pour rien. Les pompiers font ce qu’ils peuvent. Ils ne sont pas responsables.

Au niveau des médecins et de la polyclinique, plusieurs communes font des pôles médicaux. En ce qui concerne les élections, il faut garder des gens de terrain. « Si on n’a pas ces gens là, on est foutu.»

Jean-Francis SEGUY redonne la parole à Jacky COSTES, qui approuve les dires de Jean-Marie FERON : « Il faut des gens de terrain. »

Il met en garde les Maires sur leurs responsabilités d’après le code des communes. Les Maires doivent faire attention.

VII – Remerciements du Président

Jacky COSTES : Je suis très heureux d’être le Président de cette Association. Les gens de « la haut » ont beaucoup d’inquiétudes. Il existe la loi du quasi-délit qui condamne les personnes qui provoquent des dégâts ou des décès par négligence.

On ne veut plus revoir des familles « grillées comme des saucisses » dans leur maison.

Sans prompt secours, il n’y a pas de secours.

Les prévisions budgétaires du SDIS pour l’année prochaine → 326 voitures de tourisme sans compter les 4X4.

Tous les pompiers devraient être en permanence avec les bottes et intervenir du plus gradé au moins gradé.

Il faut sauver les gens rapidement.

Le SDIS a dit que, somme toute, ce service marchait bien et que la marge de manœuvre est faible. Il croit qu’il a raison pourtant, 200 Maires ont signé la motion.

Les membres du Conseil d’Administration de Gironde Vigilante sont des grands spécialistes de la sécurité.

Tous les ans le SDIS édite une brochure intitulée « Le fil rouge », nous ferons peut être de même et nous la baptiserons « Le fil noir » dans laquelle nous parlerons des dysfonctionnements avérés.

Monsieur Patrice BEUNARD, patron du plus grand syndicat de Sapeurs-pompiers professionnels est là, aujourd’hui pour nous aider à défendre la sécurité des biens et des personnes. Encore bravo à Patrice BEUNARD.

Le procès, on l’a gagné, on est content. On avait la possibilité de demander le remboursement des frais et des dommages et intérêts. Mais, dans ce cas, si le SDIS est condamné, c’est-à-dire  l’Etat, donc « NOUS ». C’est une leçon de moralité que nous leur donnons.

Gironde Vigilante à ce jour, est le dernier rempart d’un service public qui fout le camp comme beaucoup.

MOBILISEZ-VOUS CAR TOUS ENSEMBLE ON PEUT GAGNER.

20h00 – fin de l’Assemblée Générale

Annexe_1_dde_d'audience_à_Mr_Yves_D'AMECOURT

Annexe_2A_CR_entretien_avec_Mr_DAROS_Président_du_SDIS_du_Lot_et_Garonne_le_13_novembre_2009

Annexe_2B_CR_entretien_avec_Mr_CABE_Président_du_SDIS_des_Landes_le_25_novembre_2009

Annexe_3_courrier_au_SDIS_31_12_09_par_JFS

Annexe_4_réponse_de_Mr_DAVID_au_courrier_de_JFS_le_06_janvier_2010

Annexe_5_GV_au_Ministre_de_l'Intérieur_en_date_du_20_janvier_2010

Annexe_6_Lettre_de_Mr_de_LA_HAYE_JOUSSELIN_du_5_février_2010

Annexe_7_GV_aux_têtes_de_liste_pour_les_régionales_du_18_février_2010

Annexe_7a_Réponse_de_Mr_Michel_CHRETIEN_liste_AEI_en_date_du_28_février_2010

Annexe_7b_Réponse_de_Mr_Philippe_POUTOU_au_courrier_de_GV_du_18_février_2010

Annexe_7c_Réponse_de_Mme_DE_MARCO_liste_Europe_Ecologie_Aquitaine

Annexe_7e_Réponse_de_Mme_MALATY_liste_Lutte_Ouvrière_en_date_du_12_mars_2010

Annexe_7f_Réponse_par_mail_de_Mr_LASSALLE_au_courrier_de_GV_du_23_février_2010

Annexe_8_le_procès_fantôme_va_avoir_lieu_le_16_avril_2010

Annexe_8a_GV_tire_le_signal_d'alarme

Annexe_9_GV à_Madame_le_Maire_à_Monsieur_le_Maire_pour_rassemblement_du_16_avril_2010

Annexe_10_communiqué_de_presse_pour_le_16_avril_2010

Annexe_12_communiqué_de_presse_du_4_juin_2010_Relaxe_de_Jacky_COSTES

Annexe_13_GV_au_Président_du_CG_dde_de_RDV_le_18_juin_2010

Annexe_14_CR_réunion_avec_le_CG_du_20_juillet_2010

Annexe_15_GV_à_Alain_DAVID_dde_d'audience_le_26_juillet_2010

Annexe_16_GV_à_Mr_SCHMITT_Préfet_Aquitaine_et_Gironde_dde_audience

Annexe_17_CR_Réunion_du_vendredi_8_octobre_2010_avec_le_SDIS

Annexe_18_Maire_de_BAZAS_à_JFS_du_23_septembre_2010

Annexe_18A_Maire_de_BAZAS_aux_Maires_du_28_juin_2010

Annexe_18B_communiqué_de_presse_des_Maires_de_Bazas

Annexe_19_GV_au_SDIS_33_pour_réunions_bimestrielles_le_5_novembre_2010

Annexe_20_CR_des_entretiens_avec_le_Directeur_de_la_Polyclinique_et_le_Dr_Ferracci

Annexe_21_Mail_de_Pascale_GOT_Députée_à_JFS_du_13_novembre_2010 Annexe_22_Témoignage_Mlle_ROBERT_Vanessia_du_11_février_2010

Annexe_23_Lettre_d'un_Maire_au_SDIS_suite_à_XYNTIA_du_8_avril_2010