Malheureusement, ce qui se passe dans notre département est en train de se produire dans un autre. Il s'agit du département des Yvelines. Le Journal "Le Parisien" lui consacrait un article le 28 juin 2010. Le voici :

Le 1er  juillet, la caserne des sapeurs-pompiers de Saint-Cyr-l’Ecole fermera définitivement ses portes. Triel-sur-Seine et Croissy-sur-Seine suivront le 1er septembre. La fermeture de celle des Clayes-sous-Bois est prévue au premier semestre 2011. Trois autres casernes, non désignées pour l’instant, fermeront le jour et la nuit, puis quatre autres seulement la nuit, au fil des restructurations qui vont s’opérer dans les années qui viennent.

Au total, onze des actuels quarante-cinq centres de secours sont appelés à disparaître.

Le Sdis (service départemental d’incendie et de secours), qui ne donne pas de date, attend des économies, de l’ordre « de quelques centaines de milliers d’euros », que le président du Sdis, le conseiller général UMP Bertrand Devys, se refuse « par prudence » à budgéter pour l’instant. Le colonel de Kuyper, patron des pompiers, fait savoir que le dossier a été « très sérieusement » étudié et que la couverture des secours sera « meilleure », car un centre de moins de 50 pompiers volontaires ne peut survivre.

Au chapitre des bonnes nouvelles, la construction de trois nouvelles casernes est officiellement lancée : Bréval et Chanteloup-les-Vignes, livrables en 2012, ainsi que Méré, attendue pour 2013. La rigueur budgétaire conduit également le Sdis à engager le projet d’un futur siège administratif à Trappes, complété sur ce site par la réunion en une seule des trois salles opérationnelles actuelles. L’objectif de livraison est fixé à 2015. De même sont programmés les achats de l’ancien terrain EDF de Chevreuse, d’un bâtiment communal attenant à la caserne d’Ablis, d’un terrain au Mesnil-le-Roi en vue d’un regroupement futur Maisons-Laffitte-Mesnil et, enfin, l’acquisition d’une bande de terre afin de désenclaver l’accès au centre de secours de Chatou. Le Sdis pense aussi aux hommes et leur propose trois choix de réaffectation en cas de fermeture. Ainsi, à Triel, ils peuvent opter pour Chanteloup, Verneuil ou Les Mureaux et, à Croissy, pour La Celle-Saint-Cloud, Chatou ou Le Vésinet. « Les premiers résultats à Triel nous montrent qu’il y a des demandes de mobilité », indique Bertrand Devys.

Ces restructurations semblent pourtant mécontenter les hommes du feu. William Moreau, de l’intersyndicale des pompiers, évoque des choix fondés uniquement sur des critères budgétaires, qui feront baisser le nombre de gardes et la qualité du service public.