LE 26/10/2009 REACTION D’ETIENNE DANS LE JOURNAL SUD-OUEST

Cette association s’attaque à un faux problème.

Messieurs les maires, lorsque le Service Départemental d’Incendie et de Secours a fait sa réforme, lequel d’entre vous a élevé la voix pour dénoncer le retrait des sapeurs-pompiers professionnels des centres de secours la nuit ? Aucun ou presque.

Des pompiers professionnels la nuit dans les casernes à faible activité à quoi ça sert ? A l’époque, ils étaient au nombre de 2 ou 3 par nuit dans les casernes. Pour une ambulance, il faut au minimum trois hommes + 1 au standard. Il faut donc attendre un ou plusieurs volontaires pour assurer le départ des secours. Le problème est donc le même.

Comment font les autres départements ?

Dites aux gens le prix que cela coûterait aux citoyens d’avoir des pompiers professionnels la nuit dans les casernes. Les impôts augmenteraient encore significativement.

Monsieur COSTES, ancien fonctionnaire, oublie qu’il a un devoir de réserve.

Alors, oui il faut une association qui défende les secours, mais pas une association qui critique tout sans chercher d’alternative. Cherchez peut-être à avoir plus de pompiers volontaires dans les communes…ça pourrait être une piste.

REPONSE D’ANDRE-YVES GIRAUDAU, VICE-PRESIDENT DE GIRONDE VIGILANTE AUX COMMENTAIRES D’ETIENNE LE 15/11/2009

Etienne, Etienne, Etienne, tiens-toi bien, comme dit la chanson, mais ne dis pas de bêtises. Sérieusement, Etienne, si les maires n’ont pas bougé, c’est peut-être qu’on leur a masqué la vérité ou qu’on ne leur a pas dit toute la vérité.

Etienne, il n’y a pas de faible ou de grosse activité. Quand il s’agit de secours, la vie n’a pas de prix. Votre méconnaissance de l’organisation des secours vous fait dire des contrevérités. Contrairement à ce que vous dites, à l’époque, les effectifs dans les casernes étaient suffisants, pour assurer le prompt secours. Le problème aujourd’hui est donc totalement différent, puisque nombre de centres de secours sont fermés à 18h et ne peuvent assurer par là même, un départ immédiat, ce qui est fort préjudiciable pour les secours aux personnes.

Etienne, comment font les autres départements, eh bien, c’est simple, les autres départements ne ferment pas les centres de secours et sont capables d’assurer une permanence à toute heure de jour et nuit.

Etienne, dites aux gens le prix que cela coûte, le manquement à la sécurité des personnes et des biens, quand des milliers d’hectares partent en fumée. Est-ce que chacun réalise les conséquences sur le plan humain et écologique ?

M. COSTES, ancien fonctionnaire aux états de service irréprochables, est le mieux placé pour porter un jugement sur cette organisation et nous devons le remercier d’avoir créé Gironde Vigilante et de vouloir stopper cette hémorragie qu’est la perte de nos centres de secours en milieu rural.

Etienne, sachez enfin que Gironde Vigilante est une association qui, loin de se contenter de critiques justifiées à l’égard du SDIS, se mobilise en accompagnant son engagement de propositions concrètes auprès des communes et jusqu’aux ministères.

Etienne, prenez contact avec Gironde Vigilante, ne vous cachez pas derrière un prénom, venez travailler avec nous pour rechercher quelles peuvent être les pistes à envisager pour ne pas avoir des SECOURS A DEUX VITESSES… Ensemble, on est plus fort et mieux écouté.